Chats domestiques

Peut-on rendre son chat éco responsable ?

La question peut paraitre assez superflue et pourtant, elle vaut bien la peine d’être posée. En effet, comment rendre son chat éco responsable ? Animal de compagnie par excellence des Français, le chat est devant le chien, le compagnon le plus apprécié dans l’Hexagone. Mais ce palmarès cache une autre réalité, celle de l’impact écologique dont il peut être responsable. En effet, comme vous pouvez le constater, le chat est au même titre que l’homme et les autres animaux de compagnies un pollueur. Or vu les urgences écologiques et climatiques qui s’imposent à la planète, il convient de poser des actes visant à réduire au maximum l’impact écologique de chacun des acteurs de la terre. D’où, comment rendre son chat éco responsable ?

Quel lien y a-t-il entre chats et éco responsabilité ?

L’éco responsabilité n’est pas une question uniquement liée au chat domestique. Elle s’adresse à tous les acteurs qui polluent la planète terre. De ce fait, l’homme, de loin le plus grand pollueur de l’histoire de l’humanité, est celui-là qui doit être le plus éco responsable. D’ailleurs, si l’empreinte écologique du chat est si importante, l’homme en tant que maitre de cet animal en est le premier responsable. Ainsi, en parlant d’éco responsabilité du chat, il s’agit de l’ensemble des mesures que nous pouvons prendre afin de réduire de façon considérable l’empreinte écologique de ce petit compagnon. À titre d’exemple, d’après une étude du Global Footprint Network publiée en 2014, l’empreinte écologique du chat serait de 0,15 ha/an. Ce chiffre est sans doute énorme, mais il est tout de même inférieur à celui d’un chien de taille moyenne qui consomme environ 0,84 ha/an. Et c’est encore mieux que celui de l’homme dont l’empreinte écologique quand il est français est de 4,7 ha/an. Mais, malgré cette faible empreinte écologique par rapport à certains mammifères, le chat devance le Hamster (0,014 ha/an) et bien d’autres animaux encore. Mais ce qui est bien plus alarmant, c’est que le chat est un excellent pollueur mieux que l’homme si on tient compte de sa taille. De ce fait donc, quelle mesure prendre pour réduire au maximum l’impact écologique du chat ?

La litière

En France, 13 millions de chats domestiques consomment en moyenne 13 kg de litière à la seconde, ce qui représente quelque 400 000 tonnes de déchets chaque année. Énorme n’est-ce pas ? Alors pour les néophytes, qu’est-ce que la litière ? La litière est un « matériau répandu sur le sol pour qu’un animal s’y repose ou fasse ses besoins ». De ce fait, nous utilisons plusieurs matériaux pour pourvoir l’habitat de nos chats en litière. Il s’agit beaucoup plus fréquemment du papier journal, de l’argile  ou encore du sable.

Cette liste non exhaustive regroupe des matériaux qui sont pour la plupart du temps peu écologique. À cet effet, lors de l’achat de votre litière, vous devez être exigeant quant à sa qualité. De façon détaillée, elle doit être :
  • biodégradable : c’est-à-dire se décomposer facilement ;
  • sans additifs : on doit noter l’absence de tout additif pouvant être nuisible au chat. A cet effet, il faut éviter les parfums ;
  • anti-odeurs : elle doit absorber les odeurs du fond du bac. Le pouvoir absorbant doit dépasser 80 % pour les litières NF environnement ;
  • légère : c’est-à-dire facilement transportable ;
  • hydrophile : elle doit absorber jusqu’à 1 ou 1,5 fois son poids en eau (urine) ;
  • etc.

Ces points avancés, deux choix se présentent à vous : la litière végétale ou la litière minérale. Dans le premier cas, il s’agit d’un matériel fait à base de débris et autres fibres végétaux, alors que dans le second cas les ingrédients de base sont d’origines minérales. Alors, en suivant les règles de qualité sus-énumérées, voici les différents types de litières, selon qu’elles soient végétales ou minérales, que vous pourriez choisir pour votre matou :

La litière à base de granulés de bois : comme son nom l’indique, cette litière est fabriquée à partir de certaines essences d’arbres. Les plus utilisées étant les peupliers, les pins ou encore les sapins. Très écologiques, on estime qu’elle dégage très peu de poussière, qu’elle est très absorbante (odeurs et urines), mais également non toxique. Ce dernier point est très important, puisque le chat est très allergique à certaines litières, notamment celles qui contiennent du parfum (chimique).

Alors que la litière à base de granulés de bois sent naturellement bon, il est inutile de la parfumer aux fins de faire plaisir à votre chat. Ce dernier en est presque réfractaire. Par ailleurs, il convient de compléter que la litière à base de granulés de bois est biodégradable à 100 %. Une qualité essentielle pour rendre son chat éco responsable.

La litière de lin : douze fois plus absorbante que la paille et quatre fois plus absorbante que les copeaux de bois, la litière en lin est très appréciée pour son cout très bas. Elle est obtenue en broyant la tige centrale de la plante de lin, une plante dicotylédone de la famille des Linaceae. Ces dernières années, l’usage de la litière en lin est en forte augmentation du fait qu’elle soit biodégradable. Mais ces propriétés ne se limitent pas là. En effet, la litière de lin ne contient ni fibre ni poussière et se révèle très adaptée pour le chat par sa douceur. Néanmoins, il faudra l’aérer souvent parce qu’elle retient mal les odeurs.

Litière de chanvre : ce type de litière est fabriqué à partir du chanvre (Cannabis sativa) comme son nom l’indique. Elle a des propriétés absolument fantastiques et se distingue par sa résistance hors du commun. Ses capacités d’absorptions sont également exceptionnelles. En effet, 1 litre de litière de chanvre peut absorber 5 litres d’eau. Grâce à cette propriété, cette litière est préférée de nombreuses personnes pour le confort et hygiène qu’elle procure au chat. Par ailleurs, on ne saurait oublier qu’elle est écologique, biodégradable et recyclable. Ne produisant pas de poussière, la litière de chanvre fera du bien à votre petit félidé.

La litière à base de coques d’avoine : fabriquée à partie de coques d’avoine, cette litière n’est pas aussi populaire que les autres. Et pour cause, elle a une faible capacité d’absorption. Ce qui est un véritable défaut lorsqu’on connait l’hygiène du chat. Néanmoins, il faut souligner qu’elle est aussi biodégradable et ne produit également pas de la poussière. Dans ce contexte donc, la litière à base de coques d’avoine s’apparente de peu à la paille qui elle aussi est peu absorbante.

Litières à base de rafle de maïs : 100 % biodégradable, la litière à base de rafle de maïs est fabriquée à partir du cœoeur même de l’épi de maïs. Sans danger sur le chat en cas d’injection, la rafle de maïs est aussi réputée pour ses propriétés absorbantes et du fait qu’elle soit non poussiéreuse. Par ailleurs et contrairement à la litière à bases de coques d’avoines, elle retient très bien les odeurs et offre de ce fait un grand confort au chat. Néanmoins, son petit défaut est d’être trop dur surtout pour les coussinets de votre petit compagnon.

Les litières minérales

Les litières minérales sont celles qu’on rencontre le plus sur le marché… Moins chères, elles ont toutefois des propriétés de rétention de liquides très moyennes. Mais leur plus grand défaut est d’être peu écologiques et par conséquent non biodégradables. En effet, l’ingrédient de base de ces litières est souvent de la sépiolite, de la bentonite ou encore de l’argile. Ce qui fait que la litière de votre chat se présente sous forme de petits cailloux plus ou moins fins. De ce fait, elles sont quelquefois poussiéreuses et pèsent plus lourdes que les autres types de litières. Ceci induit donc pour un choix de qualité d’acheter des litières commerciales labellisées NF Environnement pour votre félidé.

Quelles autres astuces mettre en place pour rendre son chat éco responsable ?

La litière n’est pas le seul point sur lequel il faut miser pour rendre un chat éco responsable. En effet, son alimentation, ses jouets ou encore ses médicaments sont à prendre en compte pour réduire l’impact écologique de ce compagnon discret. À cet effet, que faire ?

Dans le cas de l’alimentation, opter pour des aliments préparés à la maison est une bonne option. En effet, lorsque vous disposez d’un chat, il est essentiel de lui servir des repas dont la composition ne nuira pas à l’environnement. À titre d’exemple, des aliments achetés dans une boutique bénéficieront : d’une protection en sac plastique ; d’ajout de divers additifs notamment des protéines, etc. Par ailleurs, il faudra compter votre impact carbone vous-même dès lors que vous prenez votre auto ou votre moto pour vous rendre à la boutique. Mais, cela n’exclut néanmoins pas le fait qu’on puisse trouver sur le marché des produits alimentaires naturels à destination des chats. Vous pourriez également bénéficier d’un code de réduction Croquetteland pour vos provisions auprès d’une boutique en ligne CroquetteLand.

En outre, afin de préserver la santé de votre chat, il est préférable d’opter pour des médicaments faits à base de plante. Ici, l’herboriste est vivement recommandé afin de ne pas faire de l’automédication à votre matou. Ainsi, pour les antibiotiques dont le chat a vraiment besoin, certaines plantes en sont pourvues abondamment. Vous éviterez ainsi de polluer autour de vous et de dépenser cher pour maintenir votre félin en bonne santé.

Enfin dans le cas des jouets, les chats comme la plupart des animaux aiment beaucoup s’amuser. Leur prendre un jouer est alors une bonne initiative. Néanmoins, pour des raisons écologiques, il faut savoir quoi choisir comme jouet. La plupart étant fabriquée en plastique, il est préférable d’opter pour un truc naturel, écologique et biodégradable. À cet effet, votre chat ne rejettera pas par exemple la cataire, une herbe que les chats affectionnent beaucoup et à qui on a donné le nom d’herbes-aux-chats.

Excepté toutes ces astuces, d’autres, non moins importantes, permettent aussi de réduire de façon considérable l’impact environnemental de votre compagnon. On parlera par exemple du fait de toujours emballer ses déjections dans des sacs biodégradables ou encore de stocker ses poils à des endroits bien spécifiques. Dans le premier cas, les excréments et le sac biodégradable disparaitront sans causer de dommage à l’environnement et dans le second cas, les poils peuvent toujours servir aux oiseaux à construire leur nid. En outre, aujourd’hui, la population des chats est estimée à un peu moins de 14 millions d’individus en France. En termes clairs, environ 30 % de la population française dispose d’un matou. La conséquence est que ces mignons compagnons se retrouvent seuls souvent dans les rues. Par ailleurs, leur nombre assez élevé semble déstabiliser l’équilibre de l’écosystème des villes au point ou le chat est classé parmi les espèces invasives. De ce fait donc, il est essentiel de stériliser votre chat. Cela aura pour avantage de maitriser une population en trop forte croissance.

Comment rendre son chat éco responsable ? Cet article aborde le sujet d’une façon très concrète. Néanmoins, d’autres recherches en sus vous permettront d’apporter votre pierre à l’édifice d’un monde meilleur.

Montre plus

Gérard

Vétérinaire pour un zoo français, mon grand coup de cœur va aux félins. Ils sont tellement majestueux !!

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close