titre chat forestier

CHAT FORESTIER

ou SYLVESTRE

(Felis Silvestris Silvestris)

Le(s)Chat  Forestier(s) – le Chat forestier / Chat Sylvestre

Felis Silvestris

CLASSIFICATION

  • Règne
  • Sous-embr.
  • Classe
  • Sous-classe
  • Infra-classe
  • Ordre
  • Sous-ordre
  • Famille
  • Sous-famille
  • Genre
  • Espèce
  • Animalia
  • Vertebrata
  • Mammalia
  • Theria
  • Eutheria
  • Carnivora
  • Feliformia
  • Felidae
  • Felinae
  • Felis
  • Felis Silvestris

chat forestier

chat forestier

detail felin

_

CHAT FORESTIER ou SYLVESTRE

Espérance de vie : 10 à 12 ans 

Mesure : de 48 à 65 cm

Poids :   de 2,5 à 7,5 kg

CHAT FORESTIER ou SYLVESTRE

Le chat forestier appelé aussi chat européen ou sylvestre est avec le lynx, l’un des seuls félins en France. Ce chat sauvage n’est pas apparenté à nos chats domestiques, il n’est pas leur ancêtre mais l’un de leurs cousins. Le chat domestique (Felix sylvestris catus) est issu d’un processus de domestication du chat sauvage d’Afrique (Felix sylvestris Lybica- chat sauvage ganté). Ce dernier  a été introduit en Europe depuis l’Egypte par les Grecs et les Romains au Ier siècle avant J.C., bien après sa domestication, estimée à 10 000 ans avant J.C. au Moyen‐Orient. Le chat domestique se rencontre plus fréquemment à partir des IV et V siècles après J‐C.

Il ne doit pas être confondu aussi avec le chat haret ou errant qui est un chat domestique retourné à l’état sauvage.

C’est un félin très discret, difficile à observer.

Aire de répartition

L’aire de répartition du chat forestier couvre des zones géographiques du continent européen disjointes et souvent éloignées les unes des autres et sa distribution s’y trouve elle-même fragmentée. En France, le chat forestier est présent dans le quart nord-est de la France (des Ardennes au nord, au Limousin au sud-ouest, et en Savoie à l’est), ainsi que dans l’ensemble des départements pyrénéens.

Sous espèce

Il est assez compliqué de pouvoir donner une classification correcte des sous-espèces existantes car la plupart sont contestées.

Felis-silvestris carte

– Felis silvestris lybica décrite par Forster en 1780. On rencontre cette sous-espèce en Afrique du Nord, au Moyen-Orient ainsi qu’en Asie Occidentale et jusqu’à la mer d’Aral ;
– Felis silvestris cafra a été décrit par Desmarest en 1822. On retrouve ce chat en Afrique australe ;
– Felis silvestris ornata a été décrit par Gray en 1830 et on le retrouve au Pakistan, au Nord-Est de l’Inde, en Mongolie et au Nord de la Chine ;
– Felis silvestris bieti est une sous-espèce décrite par Milne-Edwards en 1872 et dont l’aire de distribution se trouve en Chine ;
– Felis silvestris silvestris est la sous-espèce de chat sauvage qui vit en Europe et en Turquie. Elle a été décrite par Schreber en 1775 ;
– Felis silvestris catus correspond à la sous-espèce domestique du chat forestier. Elle est décrite par Linneaus à partir de 1758.

chat forestier

chat forestier

Caractéristique physique

Le chat forestier a une robe grise ou fauve clair légèrement rayée, caractérisée par une queue épaisse, annelée (2 à 5 anneaux) et terminée par un manchon noir et par la présence, sur le dos, d’une bande noire unique et bien visible qui débute derrière les épaules et s’arrête à la naissance de la queue. Les mâles sont plus lourds que les femelles.

MÂLEFEMELLE
POIDS3,5 à 7,5 Kg2,5 à 5,2 Kg
Longueur tête & corps52 à 65 Cm48,5 à 57 Cm
Longueur de la Queue26 à 34 Cm25 à 32 Cm
Longévité10 à 12 ans10 à 12 ans

.

.

Le crâne du chat sauvage a un aspect rond et lisse et casse très facilement. La disposition des canines et des incisives ainsi que leurs tailles respectives sont assez caractéristiques des félidés. L’orbite est énorme par rapport à la taille du crâne (environ 2,5 cm de diamètre). Enfin, le nombre de dents est très faible (30 au total, plus petit formule dentaire chez les carnivores). Il n’existe pas de moyen de différencier un crâne de chat domestique de celui d’un chat sauvage.

chat forestier

Les chats ont l’ouïe et l’odorat plus aiguisés que nous

Audition. Les chats ont de grandes oreilles capables de bouger indépendamment sur un angle de 180°. Ce qui leur permet de détecter plus précisément d’où vient un bruit environnant. Ils ont aussi plus de neurones dédiés à l’audition et analysent donc mieux les sons. De plus, la structure de leur oreille interne est différente de la nôtre : quand nous percevons 9 octaves, le chat, lui, en entend 11.

Odorat. Grâce aux centaines de millions de capteurs olfactifs qui tapissent l’intérieur de sa cavité nasale, le chat est 100 fois plus sensible aux odeurs que nous. Par ailleurs, il dispose d’une deuxième organe olfactif situé dans la partie supérieure de la bouche : c’est pourquoi on voit parfois les chats ouvrir leur gueule ou analyser une odeur.

La vision des chats comparée à celle des humainschat forestier

  • Les chats ont un champ de vision de 200 degrés, les hommes de 180 degrés.
  • La vision périphérique des hommes est de 20 degrés de chaque côté, d’où le flou. Les chats, 30 degrés.
  • Les chats voient 6 à 8 fois mieux que les hommes lorsque la luminosité est faible.
  • Le spectre des couleurs que perçoivent les chats tourne autour du bleu et du vert avec des couleurs plutôt pastels.
  • La membrane réflectrice derrière la rétine du chat lui permet d’avoir une excellente vision nocturne mais la vision de jour du félin n’est pas très performante: le chat a la capacité de voir et de suivre les mouvements rapides, mais perçoit moins de couleurs, moins de détails. L’humain voit dix fois mieux les mouvements lents que le félin.

Ce travail a reçu l’approbation de William Crumley de l’Ecole vétérinaire de Penn. « Ces images illustrent bien les différences de perception des couleurs, de résolution, les capacités de jour et de nuit qui distinguent la vision du chat de la notre », a déclaré l’expert en découvrant cette série de photos.

n-VISION-CHAT-large570 slide_321316_3013976_free

chat forestier

chat forestier

Bien que les pattes avant du chat forestier portent un cinquième doigt, placé très haut, les empreintes ne font apparaître que quatre doigts, répartis autour en éventail autour de la voûte plantaire. La forme générale de l’empreinte est circulaire, un peu plus longue que large (4,5 x 3,5 cm).

Au pas, la largeur de la voie est de 6 à 7 cm ; sa longueur moyenne pour un adulte est de 30 à 35 cm. En marchant, le chat forestier pose le plus souvent le pied arrière exactement dans l’empreinte du pied avant tandis qu’il existe fréquemment des décalages chez le chat domestique.

chat forestier    chat forestier

Photo de ©Jerome Lecquyer / photographe

REPRODUCTION

La maturité sexuelle est atteinte à 10 mois chez les deux sexes. La période de rut a lieu entre mi-janvier à la fin février. Après une gestation de 63 à 69 jours, 3 à 4 jeunes naissent en avril, dans un gîte à l’abri de la pluie (terrier, tas de branches ou de bois, arbre creux, souches, anfractuosité rocheuse, mirador, cabane forestière…).

Maturité sexuelle : 10 moiswild-cat-felis-silvestris-parent-konrad-wothe

Nombre de portée par an : 1

Nombre de petits par portée : 3 à 4

Durée de la gestation : 63 à 69 jours

HABITAT

Le chat sauvage est une espèce forestière, occupant principalement des forêts de feuillus et mixtes d’altitude modeste. Il se rencontre ainsi essentiellement dans les régions boisées de plaine, de colline, de basse ou de moyenne montagne et des piémonts. Cependant, bien que lié aux zones largement boisées, le chat forestier n’est cependant pas un véritable prédateur forestier puisque les petits campagnols des milieux ouverts et semi-ouverts (constituent une part importante de sa nourriture.. Les milieux jugés optimaux pour l’espèce constituent donc les massifs forestiers associés à des prairies naturelles. Enfin, le chat forestier a également besoin d’abris de gîte et de reproduction sous forme de cavités naturelles, le plus souvent de vieux arbres creux ou des cavités sous racines d’arbres âgés ou sous chablis. Au sein du territoire, il y a plusieurs gîtes diurnes (de deux à une dizaine) occupés parfois régulièrement, parfois temporairement par les chats sauvages. Durant la mauvaise saison, ces gîtes sont protégés et abrités : ce sont des terriers ou des abris sous roches ; tandis qu’en été, il ne s’agit pas d’un emplacement précis (arbre, bosquet dense, parcelle forestière).

Wiki-Felis_sylvestris

ALIMENTATION

alimentation chat forestierSon régime alimentaire est nettement carnivore, avec une nette prédominance des petits rongeurs (campagnol terrestre, surtout) même en période de faible densité ou sur les lapins de garenne quand celui-ci est abondant. Bien qu’excellent grimpeur, il chasse ses proies à terre, en terrain découvert, dans les clairières, les prairies mais également en forêt. Il pratique l’affût et l’approche. La vue et l’ouïe lui servent plus que l’odorat ; son adresse et sa rapidité lui permettent un taux de réussite proche des 50 % dans ses attaques sur les rongeurs. Les proies secondaires sont constituées principalement par les oiseaux, les amphibiens et les lièvres.

Le chat forestier possède une période d’activité au lever du jour, suivie d’une période de somnolence après le lever du soleil. Au cours de la journée, le chat se repose en des lieux de prédilection, se déplaçant de l’un à l’autre en fonction des conditions météorologiques. Cette phase de somnolence dure jusqu’au coucher du soleil. Tard dans l’après-midi le chat forestier entre en activité. Le crépuscule constitue la période principale d’entrée en chasse. Durant leur période d’activité, les animaux, à la recherche de nourritures, alternent périodes de déplacements importants (longues excursions de 10 à 20 km) et périodes de calme où l’animal se déplace très peu. Lors de pénurie alimentaire, il arrive que les individus réalisent des périples en dehors du domaine vital. Une période de sommeil profond occupe ensuite une grande partie de la nuit.

L’organisation sociale du chat sauvage semble liée à la répartition et à l’abondance des proies. Espèce territoriale, les mâles et les femelles défendent un territoire contre l’intrusion des congénères du même sexe.

COMMUNICATION

Le chat sauvage émet :Felissilvestris-400 Felis_silvestris_grampia_defensive

  • Des miaulements (signaux de contact) ;
  • Des grognements et des soufflements (irritation et agressivité) ;
  • Des ronronnements (satisfaction) ;
  • Des cris plaintifs de douleur ;
  • Des cris aigus et des grondements lors des bagarres.
  • Pendant le rut, les mâles lancent des cris plaintifs d’intensité rapidement croissante.

MENACES / PROTECTION

Menaceschat forestier

Au siècle dernier, il fut beaucoup pourchassé et recherché pour sa fourrure dans toute l’Europe. La chasse, le piégeage, la déforestation et le trafic routier sont en partie responsables du déclin de l’espèce en Europe.

Des chats errants domestiques, voire harets, peuplent pratiquement toute la surface de l’habitat potentiel du chat sauvage. Vu que les chats issus de croisement entre chats sauvage et domestique sont des hybrides fertiles, les rares chats sauvages risquent de disparaître à la longue, à force de se croiser avec les chats domestiques bien plus nombreux.

Le chat sauvage a peu de prédateurs connus mis à part l’homme, néanmoins les jeunes chats peuvent être des proies potentielles de la martre. Le chat sauvage a encore mauvaise réputation et il serait encore détruit illégalement par piégeage et tir direct.

Il est donc interdit de le détruire, le mutiler, le capturer ou l’enlever, de le perturber intentionnellement ou de le naturaliser, ainsi que de détruire, altérer ou dégrader son milieu. Qu’il soit vivant ou mort, il est aussi interdit de le transporter, colporter, de l’utiliser, de le détenir, de le vendre ou de l’acheter.

.

Statutmedium

Protégé intégralement en France depuis 1976, il est inscrit à l’annexe II des Convention de Berne et de Washington depuis 1980 qui lui donne un statut de protection intégrale dans les pays qui ont ratifié cette convention.

ZBIKFelis-silvestris-silvestris_C.Korkosz_4334

SONY DSC

F1600-546594