LES CHATS SAUVAGES (Petits Félins)

Sélectionner un Félin par la liste d’icônes ou sélectionner par le menu déroulant “CHATS SAUVAGES

En dehors de leur taille, quelle est la différence flagrante entre le grand et petit félin ?

La différence entre la catégorie des « poids lourds » des félins tels que le Tigre, le Lion, le Léopard, le Jaguar, le Guépard, le Puma, le Lynx et le petit félin est essentiellement dans leurs yeux.

Pour être plus clair, les grands félins possèdent des pupilles presque identiques aux nôtres, c’est-à-dire « Rondes » alors que chez les petits félins, lorsque celles-ci sont en contact avec une lumière du jour,  elles prennent la forme d’une fente verticale.

L’œil du chat possède une distance focale courte et un champ visuel large. La pupille du chat est une fente verticale, cas exceptionnel chez les mammifères.

LE SAVIEZ-VOUS !

icone felinLes petits félins sauvages de notre planète, bien que plus discrets sont tout aussi nombreux et importants dans l’écosystème de la nature, ils sont présents sur tous les continents et sont à l’origine des chats domestiques que nous connaissons aujourd’hui. Le chat domestique est plus en majeure partie une sous-espèce ou plutôt un croisement génétique du chat forestier ou Sylvestre, alors que pour d’autres des chats, ils sont issus du chat léopard du Bengale. En Europe ou même en France, il est possible d’en observer dans le quart nord-est de la France (des Ardennes au nord, au Limousin au sud-ouest, et en Savoie à l’est), ainsi que dans l’ensemble des départements pyrénéens.

À ces sous-espèces naturelles, il faut ajouter le chat domestique, Felis silvestris catus.

On a donné aux chats domestiques le nom scientifique de Felis catus au XVIIIe siècle, avant le développement de la biologie évolutive. Avec l’apparition de celle-ci, l’étroite relation entre races domestiques et sauvages a été reconnue. À ce titre, le statut scientifique des « espèces » domestiques a été remis en cause et beaucoup de biologistes ne les considèrent plus désormais que comme des formes domestiquées des espèces sauvages originelles.

« une espèce est une communauté reproductive de populations (isolée au plan reproductif d’autres communautés) ». Or, les « espèces » domestiques se croisent avec leur espèce parente quand elles en ont l’occasion. Ainsi, « vu que, du moins en ce qui concerne les races d’animaux domestiques primitives, celles-ci constitueraient, en règle générale, une entité de reproduction avec leur espèce ancestrale, si elles en avaient la possibilité, la classification d’animaux domestiques en tant qu’espèces propres n’est pas acceptable. C’est pourquoi on a essayé de les définir comme sous-espèces ». On a alors proposé le nom scientifique de Felis silvestris catus.

Certains biologistes sont même réticents à utiliser la notion de sous-espèces pour un groupe domestiqué. D’un point de vue évolutif, l’idée d’espèce ou de sous-espèce est en effet liée à l’idée de sélection naturelle et non de sélection artificielle. Du fait de cette réticence et « depuis 1960 environ, on utilise de plus en plus la désignation forma, abrégée f, qui exprime clairement qu’il s’agit d’une forme d’animal domestique qui peut éventuellement remonter jusqu’à diverses sous-espèces sauvages ». Il faut alors parler de Felis sylvestris forma catus.

Au-delà de ces questions de terminologie, les chats domestiques et les chats sauvages font partie de la même espèce, puisqu’ils se croisent sans problème, du moins quand ils fréquentent les mêmes territoires, ce qui peut être le cas avec des chats domestiques retournés à la vie sauvage, dits « chats harets » ou chats marrons.

Pour la plupart, ils sont tous en danger d’extinction, les raisons sont quasiment les mêmes que celles qui touchent aussi les grands félins tels que le Tigre; le commerce de la fourrure est la première cause de leur déclin et la réduction de leur espace naturel la seconde.

chat forestier chat forestier

Cliquer ici pour ajouter votre propre texte