logo caracal titre

CARACAL

(Caracal caracali)

Le(s) caracal (s) – le caracal

MAJ Janvier 2016

CLASSIFICATION

  • Règne
  • Sous-embr.
  • Classe
  • Sous-classe
  • Infra-classe
  • Ordre
  • Sous-ordre
  • Famille
  • Sous-famille
  • Genre
  • Espèce
  • Animalia
  • Vertebrata
  • Mammalia
  • Tetrapoda
  • Placentalia
  • Carnivora
  • Feliformia
  • Felidae
  • Felinae
  • Caracal
  • Caracal caracal

9750214-Caracal-

caracal logo

cachorros-de-caracal

detail felin

_

CARACAL

Espérance de vie : 15 ans en moyenne

Mesure : de 60 à 91 cm de long, dont 38 cm cm pour la queue

Poids :  6 à 19 kg 

jmm-caracal

-caracal

CARACAL (2)

CARACAL

Description

2442709278La fourrure rousse du caracal est un parfait camouflage dans les herbes sèches de la savane, Le caracal (Caracal caracal), ou lynx du désert ou lynx de Perse, est un félin d’Afrique et d’Asie du genre Caracal.

Caracal signifie oreilles noires en Turc. Il est un mammifère de la famille des félidés. Il vit dans des endroits secs, comme la savane. Comme tout félin, il est territorial et n’accepte pas d’autres félins dans son domaine, qu’il marque en urinant sur les rochers et les arbres afin d’y laisser des marques olfactives. Mais parfois, on peut le rencontrer en couple et en groupe. Le caracal est un animal nocturne. Le corps de ce félin est plus délié que celui des lynx nordiques, ce qui en fait un excellent coureur. Sa robe unie d’un jaune fauve s’harmonise parfaitement avec la couleur générale du désert. Ses longues oreilles pointues, ornées de pinceaux noirs, lui assurent une excellente ouïe.

Longueur : de 60 à 91 cm (la queue mesure environ 28 cm).
Hauteur au garrot : de 40 à 45 cm.
Poids : entre 6 et 19 kg.
Longévité : 15 ans en moyenne.
Rapidité : c’est le félin le plus rapide de sa taille.

Malgré une forte ressemblance avec les autres lynx, le caracal est aujourd’hui considéré comme un groupe à part. Il n’est pas encore bien placé dans l’ordre des félins mais il se rapprocherait plus du serval.

Caractéristiques biométriques du Caracal
Caracal caracal ♂ Caracal caracal ♀
Longueur sans la queue 62 à 106 cm 61 à 103 cm
Longueur de la queue 21 à 34 cm 20 à 34 cm
Hauteur au garrot 40 à 46 cm 40 à 46 cm
Poids 8 à 20 kg 7 à 16 kg

9750037-caracal-caracal-

Sous-espèces

-Caracal caracal caracal, Afrique centrale et Afrique du Sud
-Caracal caracal algira, Afrique du Nord
-Caracal caracal damarensis, Namibie
-Caracal caracal limpopoensis, Botswana
-Caracal caracal lucani, Gabon
-Caracal caracal michaelis, Turkménistan (espèce menacée)
-Caracal caracal nubicus, Éthiopie, Soudan
-Caracal caracal poecilictis, Afrique occidentale
-Caracal caracal schmitzi, Asie occidentale, Iran, Arabie, Inde.

Comportement

Le caracal est en grande partie nocturne mais peut être parfois vu le jour, en particulier dans les parties les plus fraiches de la journée. C’est un bon sauteur et un chasseur très habile. Principalement terrestre le caracal est un chasseur hors du commun. Il guette sa proie puis la capture d’un grand saut rapide.

Le caracal est en général solitaire mais on peut le trouver quelquefois en couple ou en groupe. Comme tout félin qui se respecte, il n’accepte pas d’intrus sur son territoire. Pour le délimiter il urine sur les rochers et les arbres afin d’y laisser ses marques olfactives.

De nature craintive, le caracal préfère se sauver dans les arbres pour échapper au combat. Par contre s’il se retrouve acculé, il peut devenir très dangereux même pour l’homme.

Caracal 2

caracal_gallery_6

Caracal

Caracal__3

Habitat

Le caracal vit dans les collines boisées sèches de la savane, dans les brousses à acacias, sur les collines arides steppiques et les montagnes sèches. On ne le rencontre ni dans les véritables déserts, ni dans les forêts tropicales denses.
Le caracal a donc conquit l’Afrique septentrionale, centrale et méridionale, une partie du Moyen-Orient, de l’Arabie Saoudite, de l’Asie centrale soviétique, de l’Afghanistan et du Pakistan jusqu’au nord-ouest, et au centre de l’Inde.

carte caracal

Spécification

Reproduction

Le caracal atteint généralement sa maturité sexuelle vers l’âge de 2 ans. La période des amours dure du début du mois d’avril jusqu’à la fin du mois. Dans cette période le mâle se met à la recherche d’une femelle vivant sur son domaine. Lorsqu’il en repère une, il lance plusieurs cris graves pour que le couple puisse se retrouver.

Après la rencontre, le mâle et la femelle se flairent et se saluent. Si elle accepte les avances de son prétendant, le couple ne se quittera plus pendant plusieurs jours. Après l’accouplement ils se séparent et le mâle s’en ira chercher une autre demoiselle à séduire. Car la nature est ainsi faite. Si le mâle peut s’accoupler avec plusieurs femelles, notre demoiselle, elle ne recherchera pas un autre prétendant.

Naissances

La période de gestation dure de 68 à 72 jours après laquelle la femelle met bas une portée de1 à 6 petits.

Les bébés caracal naissent aveugles et n’ouvriront les yeux qu’au bout de 10 jours. Quand ils ont deux semaines, leur mère peut enfin les laisser seul pour s’en aller chasser et se nourrir. Comme beaucoup d’autres espèces d’animaux, le mâle n’aura eu qu’un rôle de géniteur. La femelle, quant à elle, devra élever ses petites toute seules.

H_orig_caracal_kittens_portrait_gal     Caracal

Historique

La première mention écrite relative au caracal est probablement due à Pline l’Ancien dans son Naturalis historial publiée vers 77 où, d’après Alfred Ernout, le terme lynx (lyncas) de la traduction « L’Éthiopie produit des lynx en grand nombre se réfère au caracal.

Les premières descriptions du caracal datent de la seconde moitié du XVIIe siècle et ont été réalisées lors de leurs voyages en Orient (en Syrie et en Irak) par Philippe de la Très Sainte Trinité en 1652, qui avait par ailleurs observé l’animal à la ménagerie de Florence, et Jean de Thévenot en 1674. La première description avec illustration représentant plus ou moins fidèlement le caracal est dû à Walter Charleton en 1677.

Au cours de la première moitié du XVIIIe siècle, d’autres voyageurs font référence au caracal dans leurs récits. L’astronome allemand Peter Kolbe fait mention en 1719 de la présence du lynx dans la province du Cap qu’il identifie de manière erronée (il s’agit probablement du caracal) au lynx que l’on pouvait observer à cette époque dans le Brandebourg en Allemagne16. Thomas Shaw décrit, en 1729, dans son carnet de voyage en Afrique du nord le « chat aux oreilles noires ».

Georges-Louis Leclerc, Comte de Buffon qui a donné son nom au caracal, a publié une description d’un animal observé en captivité à la ménagerie royale de Versailles, avec une illustration dans l’Histoire naturelle, générale et particulière en 1761, sans toutefois lui attribuer de nom binominal conformément au système linnéen. À la suite de la mort de l’animal, Buffon a réalisé sa dissection et une description plus complète, incluant son anatomie interne et son squelette.

En 1776, le zoologiste allemand Johann Christian Daniel von Schreber décrit Felis caracal (qu’il attribue à Buffon) à partir d’un spécimen prélevé dans la région de la Montagne de la Table, en Afrique du Sud, considérée comme la localité type de l’espèce2. Le genre Caracal ayant été créé par le naturaliste britannique John Edward Gray en 1843 sur la base de l’étude d’un spécimen prélevé dans la région du Cap de Bonne-Espérance et Felis caracal subrogé à ce genre, l’appellation taxinomique valide du caracal devient Caracal caracal (Schreber, 1776).

Il est à noter que le zoologiste allemand Philipp Ludwig Statius Müller a également décrit en 1776 le caracal sur la base d’un spécimen d’Afrique du nord et que certaines références anciennes attribuent à cet auteur la paternité de la description4 mais la publication de Schreber est antérieure à celle de Statius Müller et la règle de préséance s’applique.

Il est également à noter que la classification du caracal au sein des félidés a fait l’objet de désaccords et qu’il a été classé dans les genres Felis, Lynx, plus rarement Profelis, et Caracal. Les ouvrages les plus récents et les opinions taxinomiques de grands muséums (comme le Muséum d’Histoire Naturelle de Paris, le Natural History Museum de Londres, le Museum fur Naturkunde de Berlin ou le National Museum of Natural History de Washington) classent le caracal dans le genre Caracal et valident le nom binominal Caracal caracal (Schreber, 1776).

caracal-kittens-9-weeks-7

Sous-espèces

L’espèce Caracal caracal comporte 8 ou 9 sous-espèces principalement différentiées par des différences de teinte de pelage et d’origine géographique mais leur validité est discutable et elles pourraient être plus simplement considérées comme des variantes géographiques.

Caracal caracal caracal (Schreber, 1776).

Cette sous-espèce est l’espèce type du Caracal caracal décrite par Johann Christian Daniel von Schreber en 1776 à partir d’un animal provenant de la Montagne de la Table (Afrique du Sud).

– Distribution : Afrique centrale et Afrique du Sud.

– Statut : Annexe II de la CITES; préoccupation mineure (UICN).

– Synonymes :

Caracal caracal coloniae Thomas, 1926.

Caracal caracal melanotis Gray, 1843.

Caracal caracal roothi (Roberts, 1926).

Caracal caracal algira (Wagner, 1841).

Caracal caracal algira

Caracal caracal algira – Musée public d’histoire naturelle Giacomo Doria de Gênes, Italie.

Cette sous-espèce a été décrite sous le nom Felis caracal algira par Moritz Wagner en 1841 a partir d’un animal provenant d’Algérie.

– Distribution : Afrique du Nord.

– Statut : Annexe II de la CITES; préoccupation mineure (UICN).

– Synonymes:

Caracal caracal algiricus (J. B. Fischer, 1829).

Caracal caracal berberorum Matschie, 1892.

Caracal caracal corylinus (Matschie, 1912).

Caracal caracal medjerdae (Matschie, 1912).

Caracal caracal spatzi (Matschie, 1912).

Caracal caracal damarensis (Roberts, 1926).

Cette sous-espèce a été décrite sous le nom Lynx caracal damarensis par Austin Roberts en 1926 sur la base d’un animal provenant de Namibie.

– Distribution : Namibie.

– Statut : Annexe II de la CITES; préoccupation mineure (UICN).

Caracal caracal limpopoensis (Roberts, 1926).

Cette sous-espèce a été décrite sous le nom Lynx caracal limpopoensis par Austin Roberts en 1926 sur la base d’un animal provenant du Nord Transvaal.

– Distribution : Botswana et Afrique du Sud (Nord Est).

– Statut : Annexe II de la CITES; préoccupation mineure (UICN).

Caracal caracal lucani (Rochebrune, 1885).

Cette sous-espèce a été décrite sous le nom Lynx lucani par Alphonse Trémeau de Rochebrune en 1885 sur la base d’un animal provenant de Landana (Cabinda, Angola).

– Distribution : Gabon (Sud Ouest) – Angola (Cabinda) – République démocratique du Congo (Ouest) – Congo (Sud Ouest).

– Statut : Incertain.

Caracal caracal michaelis (Heptner, 1945).

Cette sous-espèce a été décrite sous le nom Felis caracal michaelis par Vladimir Georgievich Heptner (Владимир Георгиевич Гептнер) en 1945 sur la base d’un animal provenant du Désert du Karakoum (Turkménistan).

– Distribution38 : Turkménistan – Ouzbékistan (Est) – Kazakhstan (Sud Ouest) – Iran (Nord) – Afghanistan (Nord).

– Statut : Annexe I de la CITES; espèce menacée (UICN).

Caracal caracal nubica (J. B. Fischer, 1829).

Cette sous-espèce a été décrite sous le nom Felis caracal nubicus par Johann Baptist Fischer en 1829 à partir d’un animal provenant de Nubie.

– Distribution : Éthiopie et Soudan.

– Statut : Annexe II de la CITES; préoccupation mineure (UICN).

– Synonyme :

Caracal caracal nubicus J. B. Fischer, 1829.

Caracal caracal poecilotis Thomas & Hinton, 1921.

Cette sous-espèce a été décrite sous le nom Caracal caracal poecilotis par Oldfield Thomas et Martin A. C. Hinton en 1921 à partir d’un animal provenant des Monts Bagzane (Niger).

– Distribution : Niger – Nigeria (Nord) – Afrique occidentale.

– Statut : Annexe II de la CITES; préoccupation mineure (UICN).

Caracal caracal schmitzi (Matschie, 1912).

Cette sous-espèce a été décrite sous le nom Felis (Caracal) caracal schmitzi par Paul Matschie en 1912 sur la base d’un animal provenant du Nord Ouest de la Mer Morte (Jordanie).

– Distribution : Asie occidentale – Iran – Pakistan – Inde.

– Statut : Annexe I de la CITES; espèce menacée (UICN).

– Synonymes :

Caracal caracal aharonii (Matschie, 1912).

Caracal caracal bengalensis (J. B. Fischer, 1829).

Caracal caracal michaelis (Heptner, 1945).

Alimentation

Bien qu’ayant énormément de qualités pour la chasse, le caracal est un piètre coureur. Son atout principal est la patience, une ouïe très fine et une excellente vue.

Il repère sa proie jusqu’à 300 m. Quand il en a repéré une, il s’allonge à même le sol et l’observe longuement. Au moment opportun, il bondit d’un coup pour l’attraper.

Le régime alimentaire du caracal se compose essentiellement de chevreuils, de chamois, de lapins, d’écureuils, de martres, de marmottes, de souris, de campagnols ou d’oiseaux. S’il se trouve en période de disette, il ne dédaignera pas manger quelques insectes, escargots ou lézards.

Le caracal peut survivre avec 2 kg de viande par jour en revenant plusieurs fois sur la même carcasse.

Écologie

Les femelles peuvent mettre au monde de un à six petits par portée, au terme d’une gestation de 70 à 78 jours. Le caracal atteint sa maturité sexuelle après environ deux ans.

Le caracal grimpe et saute très bien. C’est un chasseur nocturne : à la manière d’un chat, il rampe en silence, le corps aplati contre le sol et s’approche de sa proie avant de fondre sur elle. Il chasse surtout des damans, des rongeurs, des lapins, des petites antilopes (ourébis par exemple) et des volailles.

puma

Caracal_

6750570

Caracal__4

CARACAL

Caracal__5

Caracal__2

648x415_photo-atar-caracal-echappe-enclos-zoo-tarne-20-octobre-2013