lycaon

LYCAON ou WILD DOG

Lycaon (Lycaon pictus).

Le(s) Lycaon(s) – le Lycaon ou Wild Dog

African Wild Dog, Painted Hunting Dog, Cape Hunting Dog

Brookes, 1827

CLASSIFICATION

  • Règne
  • Embranchement
  • Sous-embr.
  • Classe
  • Cohorte
  • Ordre
  • Sous-ordre
  • Famille
  • Genre
  • Espèce
  • Animalia
  • Chordata
  • Vertebrata
  • Mammalia
  • Placentlia
  • Carnivora
  • Caniformia
  • Canidae
  • Lycaon
  • Lycaon Pictus

lycaon

wild-dog-pics-download

lycaon-info

LYCAON / WILD DOG

Espérance de vie : 11 / 12 ans 

Mesure :  70 à 80 cm au garrot / : 80 cm à 1,10 m (+ queue de 30 à 40 cm)

Poids :   de 20 à 30 kg

Description

Le Lycaon est un mammifère carnivore de la famille des canidés. Il vit exclusivement en Afrique subsaharienne australe et centrale, dans les steppes et les savanes. Il est aussi appelé « loup peint » ou « chien sauvage africain ».

Crâne robuste.

    Grandes oreilles rondes.

    Long museau et mâchoires puissantes.

    Pelage bigarré de noir, jaune et blanc.

    Haut sur pattes.

Le lycaon est le seul canidé qui ne possède que 4 doigts à chaque patte (les autres en possèdent 5). Aussi, le lycaon ne possède que 40 dents (la plupart des canidés en possèdent 42). Son crâne qui rappelle celui de la hyène est pourvu d’une large mâchoire pour satisfaire son besoin alimentaire particulièrement carnassier. Son poids se situe entre 20 et 30 kg et sa taille, entre 70 et 80 cm au garrot. La longueur de ce mammifère est entre 60 cm et 1 m sans la queue qui mesure entre 30 et 40 cm.

Les mâles sont plus grands que les femelles.

Ce canidé possède de grandes oreilles rondes munies de poils qui empêchent les parasites et insectes d’y entrer.

Les lycaons possèdent des glandes odorantes qui répandent dans l’air des effluves persistants et assez désagréables, probablement pour garder le contact et s’identifier.

Bien que le lycaon soit un canidé, il ne jappe pas comme le chien et ne hurle pas comme le loup. Il pousse de petits cris et des gémissements qui ressemblent à ceux poussés par un chien content de retrouver son maître

Son autre originalité se trouve dans l’asymétrie des dessins de son pelage. Celui-ci est constitué de brun, noir, jaune et blanc. Il semblerait que les individus se reconnaissent grâce à leur robe qui est différente pour chacun.

Son espérance de vie est de 12 ans en moyenne.

Anatomie / Squelette

Skeleton Lycaon

lycaon_pictus_anatomy_by_kgmomo-d4aokv9

Territoire

carte iucn

p029mz29

Carte territoire du Lycaon

Mode de vie et reproduction

Le lycaon est un animal très sociable. Il vit en meute constituée de 5 à 20 individus, il a parfois même été constaté des meutes pouvant atteindre jusqu’à 45 lycaons… Et c’est un couple, le couple alpha, qui domine.

tumblr_mukm04QN141rw5970o7_r2_500

Son territoire est immense car c’est un nomade (généralement entre 500 et 1 500 km2, jusqu’à 2 500 km2). Il ne reste pas plus de 2 ou 3 mois dans la même zone. C’est lors de la reproduction qu’il se fixe. Il vit alors dans un terrier pouvant contenir toute la meute.

C’est le couple alpha qui se reproduit. Il arrive très rarement que d’autres femelles mettent bas. C’est alors le couple dominant qui « décide » de tuer ou non les petits qui ne sont pas d’eux. L’éducation et les soins sont apportés par l’entièreté du groupe. Le petit est d’abord allaité jusqu’à un mois puis nourri jusqu’à 1 an par régurgitation.

La gestation a une durée moyenne de 72 à 80 jours et la portée est de 6 à 12 petits. La femelle alpha qui a mis bas est nourrie par chaque individu, à tour de rôle. On notera qu’une femelle lycaon peut mettre bas une fois par an.

Wild-Dogs-1

C’est seulement lorsque les petits ont deux ou trois mois que la meute repart pour un nouveau territoire.

Un terrier pour tous

La meute est organisée autour d’un couple dominant. Après des mois de nomadisme, elle se sédentarise le temps que la femelle mette bas et que les petits soient en âge d’accompagner les adultes dans leurs déplacements. Le clan, qui compte de 5 à 20 individus, s’installe alors dans un terrier assez grand pour accueillir tous ses membres.

Un repas partagé 

Les proies capturées sont partagées entre tous les membres du clan, incluant ceux qui n’ont pas pris part à la chasse. Aussi redoutables que puissent être ces prédateurs, c’est aux plus jeunes qu’ils donnent la priorité quand vient le temps de passer à table. Chaque jour, le lycaon consomme 3 kg de viande.

 Wild-Dog-kill-impala

Chez les lycaons, des particularités sont notables quant au comportement social :

    il existe une hiérarchie distincte chez les mâles et les femelles;

    les lycaons handicapés ou vieux ne sont nullement écartés de la meute, mais sont nourris par régurgitation, faute de pouvoir chasser avec les autres;

    si un conflit est occasionné par un problème de nourriture, les lycaons adoptent des postures d’apaisement qui leur permettent d’éviter le combat ;

    même s’il existe une hiérarchie, chaque individu peut se charger de n’importe quelle fonction, excepté l’allaitement.

S’il ne fait pas partie de la liste des « Big five », le Lycaon (en anglais « Wild Dog ») est un animal aux comportements sociaux incroyables et qui, à plus d’un titre, mériterait sa place dans ce Panthéon des espèces les plus emblématiques de la faune africaine.

 

le lycaon un animal aux comportements sociaux etonnants

Le néophyte prend souvent le Lycaon pour une Hyène et ressent parfois le même type de malaise, voire de dégout, que face à celle-ci. Pourtant sa silhouette svelte et gracile n’a rien à voir avec la robustesse et le côté massif de la Hyène. Si on l’imagine avec des oreilles pointues, il ressemblerait tout à fait à l’un de nos sympathiques chiens de bergers. Le nom de l’animal  (du grec Lykáôn = Loup) nous indique d’ailleurs que celui-ci est proche du loup et que l’on a affaire, non pas à un Hyénidés, mais à un Canidés. Quant au nom scientifique de l’espèce, Lycaon pictus, il met, lui, l’accent sur les taches du pelage de l’animal tout comme l’un de ses nom anglais : African Painted Dog.

Le Lycaon est un animal social et grégaire vivant en meute constitué jusqu’à plusieurs dizaines d’individus. Malheureusement, il a été durement pourchassé et l’espèce est aujourd’hui sur la liste rouge des espèces menacées. Il n’y aurait plus que 3.000 individus en Afrique.

Les comportements sociaux du Lycaon ainsi que son efficacité à la chasse soulèvent l’admiration. Le Lycaon est considéré comme le carnivore africain présentant le taux de succès le plus élevé lors d’une chasse (on avance le taux de 70%). Le Lycaon chasse à courre et à vue. Il possède une grande résistance à la course et il est capable de poursuivre une chasse sur plusieurs kilomètres. De plus, la collaboration de la meute lors de la chasse et la capacité à prendre le relais de la poursuite à tour de rôle permet, presque infailliblement, de rattraper la proie même si celle-ci possède une vitesse de pointe supérieure.

Au retour de chasse, les adultes nourrissent la femelle allaitante ainsi que les jeunes en phase de sevrage ou même les individus affaiblis et restés en arrière, en régurgitant la nourriture ingurgitée lors de la chasse. La fébrilité des échanges lors du lancement de la chasse ainsi que le cérémonial de retrouvaille au retour de celle-ci sont incroyables. Les animaux se mordillent, roulent ensemble au sol et se poursuivent joyeusement. Dans ces occasions, ils semblent tous redevenir de jeunes chiots tout fous.

Dans ces échanges il y a néanmoins des signes clairs de positionnement hiérarchiques où le dominé fait allégeance au dominant dans une posture de soumission, oreille et queue basse ou tapis au sol à la merci de celui qu’il reconnait comme plus fort que lui.

Cette aptitude à se soumettre de façon explicite et spectaculaire peut être considérée comme une qualité développée dès le plus jeune âge pour « contraindre » les adultes au retour de chasse à régurgiter la nourriture. Ce comportement de soumission est également un atout chez les sujets plus âgés qui trouvent dans cette « négociation » un moyen de conserver leur place dans le groupe et d’éviter des rapports de force violents. Un animal aux comportement sociaux vraiment étonnants !

Un animal sensible aux maladies des chiens domestiques

Les lycaons sont très sensibles à de nombreuses maladies apportées par les chiens domestiques, particulièrement chez les petites populations déjà vulnérables et souvent sujettes à la consanguinité. La rage a tué de nombreux lycaons en Afrique du Sud, en Namibie, en République centrafricaine, au Zimbabwe et en Zambie.

La maladie de Carré a décimé une meute entière au Botswana et a tué beaucoup d’autres lycaons, notamment au Serengeti et en Afrique du Sud. Des cas de mortalité de lycaons dus à l’anthrax ont été signalés en Afrique du Sud, en Tanzanie, en Zambie et dans le centre du Kenya. Les lycaons (notamment les jeunes) sont également sensibles à l’adénovirus, au coronavirus et à la toxoplasmose.

la Chasse

La chasse est partie essentielle de la vie du lycaon. Il chasse souvent en meute, très bien organisée, qui s’approche en silence et très lentement de la proie, bien qu’il ait du mal à se camoufler à cause de son pelage qui le lui permet peu. Il arrive cependant de le voir chasser seul puis, par la suite, une fois rassasié, d’appeler ses congénères. C’est le mâle dominant qui donne le signal d’assaut, la chasse démarre quand la proie est en vue (étonnamment les lycaons ne se servent que peu des autres sens pour lancer l’assaut). Les lycaons se lancent alors dans une course poursuite. Les lycaons sont très endurants à la course, ils peuvent tenir une vitesse de 25 km/h pendant près de 6 à 8 km et atteindre, sur 1 ou 2 kilomètres, la vitesse maximum de 50 km/h. Leur musculature est adaptée aux courses longues et non au sprint : ils sont moins rapides que les lions, les hyènes tachetées, les lévriers et les guépards car ils n’ont pas suffisamment de puissance pour pouvoir courir très rapidement.

during Madikwe at Mosethla Bush Camp (); South Africa. August 21, 2013. Photo : Christophe JOBIC / www.jobic.com

Suite à une longue course-poursuite, il arrive que leur proie meure d’une crise cardiaque, d’épuisement ou de stress. Les lycaons la consomment alors. Il leur arrive de dévorer leurs proies encore vivantes, en déchirant en premier lieu la peau du ventre afin de consommer leurs viscères encore frais.

15915094-Illustration-of-an-African-wild-dog-Lycaon-pictus-Stock-VectorLa priorité est donnée aux plus jeunes qui ne sont pas en âge de manger de la nourriture solide. De plus, la nourriture est partagée avec toute la meute, même avec ceux qui n’ont pas participé à la chasse. Pour nourrir les membres du groupe restés à la tanière pour garder les jeunes ou les animaux blessés, les chiens sauvages qui ont participé avec succès à la chasse collective, vont leur régurgiter de la viande prédigérée.

La grosseur de la proie varie généralement de 20 à 90 kg. Parmi ses proies favorites, on retrouve le zèbre, le gnou, le phacochère, les antilopes : le cobe de Lechwe, le cobe à croissant, l’impala, la gazelle de Thomson, le koudou, le bubale, le topi, l’éland (ou élan du Cap), l’oryx, les antilopes naines: le dik-dik, le steenbok, l’ourébi et des lapins. Il arrive parfois que la proie pèse près de 300 kg. La consommation quotidienne, proportionnelle à son poids, est d’environ 150 g.

Les zoologistes et autres spécialistes n’ont jamais observé un lycaon boire, même lorsqu’il se baigne. Il semblerait que ses besoins en eau soient minimes et qu’il trouve l’eau dont il a le besoin naturel dans le corps des victimes qu’il ingère.

Des lions, des crocodiles, des hyènes, voire des léopards (si le groupe de lycaons est petit) volent parfois les proies tuées par le lycaon.

Mais en meute plus nombreuse, une dizaine suffit, parfois il arrive que les lycaons aient le dessus avec le lion : pour ce faire, un groupe de lycaons attire le regard et l’attention du lion en esquivant ses charges, pendant que deux autres groupes attaquent le fauve aux flancs, de part et d’autre, en lui déchirant les entrailles : ainsi attaqué, un lion ne peut se défendre de cet encerclement stratégique et doit absolument rugir très fort, en espérant l’aide de plusieurs de ses semblables. Si les deux espèces vivent sur le même territoire de chasse, alors il n’est pas rare que les lions attaquent et tuent les lycaons, éliminant ainsi la concurrence.

 

Des nomades solidaires

Le lycaon est le seul canidé à ne posséder que quatre doigts à chaque patte. Il est diurne, très sociable, vit en groupes de 5 à 20 (exceptionnellement jusqu’à 40) individus, sous la direction d’un couple alpha. Il existe une hiérarchie distincte entre les mâles et les femelles. Les lycaons handicapés ou trop âgés pour chasser ne sont pas rejetés du groupe, mais assistés et nourris par régurgitation.

Lorsque survient la période de reproduction, les lycaons se fixent sur un territoire. Normalement, seul le couple alpha a le droit de s’accoupler. Si une deuxième femelle vient à mettre bas, c’est le couple dominant qui décide de tuer ou non les petits qui ne sont pas d’eux. La femelle alpha met bas en moyenne neuf petits après 70 à 75 jours de gestation. La meute repart à la recherche d’un nouveau territoire lorsque les petits ont deux à trois mois. La maturité sexuelle est atteinte entre 12 et 18 mois, mais les lycaons ne se reproduisent qu’à l’âge de 22 mois. La longévité excède rarement dix ans dans la nature.

Le lycaon est encore appelé « loup peint » en raison de son pelage bariolé, ou « Cynhène » en raison de son crâne aux mâchoires larges et puissantes qui rappellent celles de la hyène.

bebe lycaon

16972

Sous-Espèces

Les classification MSW et ITIS distingue cinq sous-espèces :

Lycaon pictus lupinus

    Lycaon pictus manguensis

    Lycaon pictus pictus

Lycaon pictus saharicus — Lycaon saharien présent en petites populations isolées dans les montagnes du Hoggar en Algérie, de l’Adrar des Ifoghas au Mali et dans les zones côtières de la Mauritanie et le Sahara occidental.

Lycaon pictus somalicus

Statut de protection

GetFile.ashxLe lycaon ne figure pas sur les annexes de la CITES, car il ne fait l’objet d’aucun commerce international. Il est cependant en danger de disparition, considéré comme « menacé » sur la Liste rouge de l’UICN et comme l’un des carnivores les plus menacés d’Afrique par le Wildlife Conservation Society.

threat-categories-EN

Alors que l’on comptait 100 000 lycaons au début du XXe siècle, il en reste probablement moins de 5 000 aujourd’hui (dont la moitié est immature), et les effectifs continuent à diminuer. Le nombre d’individus par meute a lui aussi diminué, passant d’une centaine à moins de trente. Présent à l’origine dans 39 pays, le lycaon ne subsiste aujourd’hui que dans 14. Les populations d’Afrique occidentale, d’Afrique centrale et du nord-est de l’Afrique sont éteintes ou résiduelles. Les seules populations encore significatives se situent dans les pays du sud de l’Afrique, en Tanzanie et dans le nord du Mozambique.

Comme pour beaucoup d’autres animaux, le principal motif de cet effondrement est la persécution par l’Homme durant le XXe siècle. Légalement considérés comme des animaux nuisibles, dangereux, destructeurs de bétail, ils ont fait l’objet de programmes d’éradication qui en ont détruit des milliers chaque année, y compris parfois dans les réserves. Les lycaons sont aujourd’hui protégés sur l’ensemble de leur aire de répartition, mais les persécutions organisées continuent dans les régions d’élevage et les concessions de chasse.

Des menaces liées à l’élevage d’ongulés

La transformation des terres sauvages en cultures a réduit et fragmenté le territoire des lycaons, raréfié leurs proies naturelles et accéléré l’éradication en favorisant les attaques contre le bétail. On ne peut nier que certains lycaons s’en prennent parfois aux ongulés domestiques, mais leur réputation d’insatiables tueurs de bétail est largement surfaite. IIs ignorent généralement le bétail dès lors que leurs proies naturelles sont en nombre suffisant. En revanche, les lycaons peuvent effectivement poser de gros problèmes aux éleveurs dans les zones où le nombre de proies a considérablement diminué.

Les lycaons subissent aussi des destructions indirectes, car ils se font souvent prendre dans des pièges destinés aux ongulés qui servent de nourriture aux populations locales. Dans les pays où les réseaux routiers et ferroviaires sont relativement denses, beaucoup de lycaons sont victimes des trains et des véhicules automobiles. Huit études menées par Woodroffe (2005) révèlent que les accidents sur routes et voies ferrées représentent 11 % de la mortalité globale des lycaons adultes sur l’ensemble du continent.