Lions

Lion Blanc Ou Kruger

CLASSIFICATION

  • Embranchement
  • Sous-embr.
  • Classe
  • Sous-classe
  • Infra-classe
  • Ordre
  • Sous-ordre
  • Famille
  • Sous-famille
  • Genre
  • Espèce
  • Chordata
  • Vertebrata
  • Mammalia
  • Theria
  • Eutheria
  • Carnivora
  • Feliformia
  • Felidae
  • Pantherinae
  • Panthera
  • Panthera leo krugeri

Lion blanc d’Afrique

Espérance de vie : 15 ans

Mesure :

  • 2,6 m à 3,3 m pour le mâle:
  • 2,4 à 2,7 m pour la femelle.

Poids :  150 à 250 Kg en moyenne pour le mâle.

Poids : 120 à 180 kg en moyenne pour la femelle

 En 50 ans, le nombre de Lions en Afrique est passé de 450 000 individus à moins de 20 000.

LION BLANC KRUGER

Le lion blanc est une forme mutante du lion de la sous-espèce Panthera leo krugeri ; il ne s’agit pas d’une sous-espèce séparée. On le croise occasionnellement dans les réserves naturelles d’Afrique du Sud, et il fait l’objet d’élevages sélectifs dans des zoos du monde entier.SA_Timbavati

L’allèle responsable de la mutation est récessif, si bien que les lions blancs restent rares dans la nature et seul un couple de lions blancs peut avoir des lionceaux blancs à coup sûr ; il arrive que des lionceaux blancs naissent de lions normaux au Timbavati et dans le parc national de Kruger. La plus grande population de lions blancs se trouve dans les zoos, où ils sont élevés dans le but de perpétuer leur couleur, ce qui présente des risques de consanguinité.

Les lions blancs ne sont pas atteints d’albinisme. Leur mutation est appelée leucistisme (ou parfois chinchilla), et donne à leur fourrure une couleur qui varie du blond au blanc presque pur. Cette couleur donne aux lions un désavantage dans la nature, car elle les rend plus visibles aux yeux de leurs proies. Dans les années 1970, Chris McBride parle du lion blanc dans son livre Les lions blancs du Timbavati (The White Lions of Timbavati).

LIONS BLANCS DU TIMBAVATI

Les premières observations de lions blancs remontent à 1928 et au début des années 1940. En 1959, un clan avec deux lionceaux blancs fut observé près de Tshokwane dans le parc national de Kruger avant de disparaître. Des lions albinos ont également été observés dans le secteur, selon David Alberton dans son livre Wild Cats of the World.

En 1975, deux lionceaux blancs ont été observés dans la réserve privée du Timbavati, adjacente au parc national de Kruger. Leur histoire est racontée par Chris McBride dans The White Lions of Timbavati. Les deux lionceaux, Temba (« espoir » en zoulou) et Tombi (« fille ») avaient un frère de couleur normale, nommé Vela (« surprise »). En 1976, une lionne blanche nommé Phuma (« hors de l’ordinaire ») fut observée à Timbavati. Elle fut tuée par des chasseurs à l’âge de deux ans et sa peau fut revendue dans une boutique de la ville de Sabi. En 1977, un lion blond de deux ans fut observé dans le district central.

Après la mort de Phuma, Temba, Tombi et Vela (qui portait l’allèle mutant récessif) furent confiés au zoo national de Pretoria en Afrique du Sud. Temba engendra plusieurs petits et mourut en 1986. Tombi eut un lionceau blanc en 1981 qui ne survécut pas. Vela eut une portée, mais on ignore si ses descendants ont survécu. Les lions blancs du parc de Ouwehands dans les Pays-Bas semblent être de la lignée de Temba ou peut-être de Vela. Quelques autres lions blancs ou blonds sont nés à Timbavati après Temba, Tombi et Vela. Une femelle vécut plusieurs années avant d’être tuée dans un combat pour le territoire en 1993. Aujourd’hui Les Lions son’t rares mais présent . Sur les territoires du Timbavati et du Sabi Sand River.

Il existe une autre lignée de lions blancs potentiellement issue des lions de Timbavati, fondée par un mâle blanc capturé dans la zone de Timbavati à la fin des années 1980 et élevé dans une réserve privée.

Des descendants de Temba vivent en captivité. Un lion fauve hétérozygote (portant l’allèle mutant récessif) du zoo de Pretoria peut passer l’allèle mutant à ses descendants. Deux mâles fauves hétérozygotes venant du zoo de Cincinnati vivent actuellement dans une réserve privée africaine. Une femelle blanche et un mâle fauve hétérozygote ont été envoyés au centre de reproduction d’Indiana aux États-Unis. Une autre femelle a été tuée accidentellement lors d’un combat entre femelles alors qu’elle était prêtée à un zoo.

Squelette du Lion d’Afrique

ELEVAGE DES LIONS BLANCS

La couleur des lions blancs leur vient d’un allèle récessif, qui est également responsable de la couleur des tigres blancs. Les lions peuvent donc faire l’objet d’un élevage sélectif destiné à obtenir des lignées de lions blancs pour les zoos et les cirques. Comme pour les tigres blancs, cet élevage présente des risques de consanguinité et donc d’apparition de troubles génétiques comme des problèmes cardiaques ou des paralysies.

Lions blancs du Timbavati

Les premières observations de lions blancs remontent à 1928 et au début des années 1940. En 1959, un clan avec deux lionceaux blancs fut observé près de Tshokwane dans le parc national de Kruger avant de disparaître. Des lions albinos ont également été observés dans le secteur, selon David Alberton dans son livre Wild Cats of the World.

En 1975, deux lionceaux blancs ont été observés dans la réserve privée du Timbavati, adjacente au parc national de Kruger. Leur histoire est racontée par Chris McBride dans The White Lions of Timbavati. Les deux lionceaux, Temba (« espoir » en zoulou) et Tombi (« fille ») avaient un frère de couleur normale, nommé Vela (« surprise »). En 1976, une lionne blanche nommé Phuma (« hors de l’ordinaire ») fut observée à Timbavati. Elle fut tuée par des chasseurs à l’âge de deux ans et sa peau fut revendue dans une boutique de la ville de Sabi. En 1977, un lion blond de deux ans fut observé dans le district central.

Après la mort de Phuma, Temba, Tombi et Vela (qui portait l’allèle mutant récessif) furent confiés au zoo national de Pretoria en Afrique du Sud. Temba engendra plusieurs petits et mourut en 1986. Tombi eut un lionceau blanc en 1981 qui ne survécut pas. Vela eut une portée, mais on ignore si ses descendants ont survécu. Les lions blancs du parc de Ouwehands dans les Pays-Bas semblent être de la lignée de Temba ou peut-être de Vela. Quelques autres lions blancs ou blonds sont nés à Timbavati après Temba, Tombi et Vela. Une femelle vécut plusieurs années avant d’être tuée dans un combat pour le territoire en 1993. Aujourd’hui les lions blancs sont rares mais présents sur les territoires du Timbavati et du Sabi Sand River.

Il existe une autre lignée de lions blancs potentiellement issue des lions de Timbavati, fondée par un mâle blanc capturé dans la zone de Timbavati à la fin des années 1980 et élevé dans une réserve privée.

Des descendants de Temba vivent en captivité. Un lion fauve hétérozygote (portant l’allèle mutant récessif) du zoo de Pretoria peut passer l’allèle mutant à ses descendants. Deux mâles fauves hétérozygotes venant du zoo de Cincinnati vivent actuellement dans une réserve privée africaine. Une femelle blanche et un mâle fauve hétérozygote ont été envoyés au centre de reproduction d’Indiana aux États-Unis. Une autre femelle a été tuée accidentellement lors d’un combat entre femelles alors qu’elle était prêtée à un zoo.

Les lions du zoo de Johannesburg

En 1977, le zoo de Johannesburg captura un mâle fauve hétérozygote qui avait un frère blanc. Ce zoo se vante d’être le premier à avoir élevé des lions blancs en captivité. Timba, un lion fauve blessé de Timbavati, fut amené au zoo pour y être soigné. On pensa qu’il portait la mutation des lions blancs et il fut donc croisé avec une femelle puis avec une de ses propres filles. Cela donna une lionne blanche nommée Bella en 1982, qui engendra à son tour plusieurs lionceaux blancs. Cette lignée est représentée dans des zoos à Philadelphie, Toronto, en Chine, en Allemagne et au Japon.

Une autre lignée de lions blancs à la « Rhino and Lion Nature Reserve » près de Johannesburg fut fondée par un lionceau blanc abandonné, Thandile, découvert dans la réserve en 1999. Thandile a les yeux bleus et n’est pas albinos. En 1998, un lionceau blanc à moitié dévoré fut découvert dans la réserve. Les lions blancs vivant actuellement dans cette réserve ont tous les yeux gris-bleu.

Les lions blancs de Kruger et Umfolozi

En 1979, trois portées contenant des lions blancs furent observées dans le parc national Kruger. En mars, une lionne avec trois lionceaux blancs fut observée près de Tshokwane. En septembre, trois lionceaux blancs issus de deux mères différentes furent capturés dans le parc national Kruger. Un lion blanc a également été vu dans la réserve d’Umfolozi en territoire zoulou.

Lions blancs d’origine inconnue

  • Un programme d’élevage de lions blancs est en cours dans la réserve privée d’Inkwenkwezi à l’est du Cap (Afrique du Sud).
  • Quatre lionceaux blancs sont nés au zoo de Papanack près d’Ottawa mais ne sont pas restés blancs. Un lionceau blanc est né dans un parc safari en Floride (la date est incertaine) mais n’est pas resté blanc.
  • Récemment on a observé des lions blancs à l’état sauvage, y compris un mâle qui dirigeait un petit clan.

Les lions blancs en captivité actuellement

En 1974, un lionceau gris clair est né au zoo de Birmingham en Alabama.

Les archives du New York Times de 1980 rapportent la naissance de trois lionceaux blancs au King Kong Zoo de Tampa, les premiers en dehors de l’Afrique du Sud. Deux lionnes blanches et deux lions fauves hétérozygotes venant de Johannesburg furent exhibés en 1993 au zoo de Philadelphie. Ce zoo aurait reçu deux lions blancs d’Allemagne, dont un nommé Banjo. Kanya, né là-bas en mai 1994, fut le résultat de plusieurs croisements consanguins avec la famille de Timba. Tous les lions blancs en captivité descendent de Timba et Bella.

En 1995, il y avait moins de dix lions blancs dans le monde. Cette année-là, Sarmoti, une lionne blanche, et Shaka, un mâle fauve hétérozygote, du zoo de Johannesburg, furent achetés par Siegfried et Roy. En septembre 1996, Siegfried et Roy avaient sept lions blancs, dont certains furent confiés au Safari parc de Fritz Wurm à Stuckenbrock (Rhénanie-du-Nord-Westphalie) en Allemagne. Les descendants des lions blancs de Siegfried et Roy, issus de ceux d’Allemagne, furent présentés au zoo de Cincinnati comme « les lions blancs de Timbavati ». Une exposition homonyme fut présentée au zoo de Toronto en 1995.

Des lions blancs de ces différentes lignées furent accouplés au centre de reproduction pour améliorer la diversité génétique des lions blancs et réduire ainsi la consanguinité.

Actuellement, tous les lions blancs appartiennent à la sous-espèce du parc de Kruger et n’ont pas été croisés avec d’autres sous-espèces de lion, sauf une lionne blanche du zoo de Toronto qui a été croisée avec un mâle métis.
Un lion blanc nommé Haldir vit au zoo de Bratislava en Slovaquie. Haldir est né au ZooParc de Beauval en France en juillet 2004.

Un programme d’élevage de lions blancs a également démarré aux Zion Wildlife Gardens en Nouvelle-Zélande qui possèdent trois femelles et un mâle nommé Gandor. Le programme a de grandes chances de produire plusieurs lionceaux blancs.

Le West Midlands Safari Park à Bewdley dans le Worcestershire a introduit le premier clan de lions blancs britanniques en 2004. En août 2006, quatre lionceaux, Casper, Kiara, Lara et Toto, sont nés, portant à huit le nombre total de lions blancs dans le parc.

Habitat

Le lion vit uniquement en Afrique subsaharienne. L’espèce fréquente les milieux ouverts : plaines, savanes, fourrés et semi-déserts possédant des zones ombragées. Ces régions doivent également renfermer des proies de grande taille en quantité importante.

Caractères morphologiques

Poids :

En comptant la queue qui mesure de 60 cm à 1 m, la longueur totale de l’adulte est de 2,6 à 3,3 m pour le mâle, et de 2,4 à 2,7 m pour la femelle. Le mâle fait 1 m au garrot contre 80 à 90 cm pour la femelle.

Taille :

Le mâle fait entre150 et 250 kg alors que la femelle pèse entre 120 et 180 kg. C’est le deuxième plus gros félin après le tigre.

Alimentation

Les proies des lions sont des antilopes, gazelles, buffles, zèbres, gnous, phacochères, mais aussi des lapins, oiseaux ou poissons. Le mâle consomme en moyenne 7 kg de viande par jour contre 5 kg pour la femelle, mais les adultes avalent parfois 20 ou 30 kg en une fois. De 80 à 90 % des proies sont tuées par les femelles qui chassent en groupes de 5 à 6.

Statut : Protection & Préservation

guepardSelon de récentes études, la population de lions aurait été réduite d’environ 30 à 50 % au cours des deux dernières décennies en Afrique. Ce qui justifie la classification du lion comme espèce vulnérable sur la Liste Rouge des espèces menacées de l’U.I.C.N. (Union Internationale pour la Conservation de la Nature).

La détention d’un lion est interdite en France par un particulier en vertu de l’article R215-4 du code rural.
Ce règlement énonce que : « est puni d’amende le fait pour toute personne qui détient des animaux sauvages en captivité de les placer et de les maintenir dans un habitat ou un environnement susceptible d’être, en raison de son exiguïté, de sa situation inappropriée aux conditions climatiques supportables par l’espèce considérée ou de l’inadaptation des matériels, installations ou agencements utilisés, une cause de souffrance, de blessures ou d’accidents et de les priver de la nourriture nécessaire à la satisfaction des besoins physiologiques propres à leur espèce et à leur degré de développement, d’adaptation ou de domestication ».

Montre plus

Emmanuel

Vétérinaire depuis quelques années, j'adore en particulier les félins. J'ai d'ailleurs fait plusieurs stages en Afrique du sud !

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vérifier aussi

Close
Close