La classification des félins est discutée. Selon le NCBI (National Center for Biotechnology Information), 37 espèces de félins se répartissent en 3 sous-familles et 18 genres.

Selon l’ITIS (Integrated Taxonomic Information System), 40 espèces de félins se répartissent en 2 sous-familles et 14 genres.

National Center for Biotechnology InformationA9Rtpen3e_a68tzb_6pw

La sous-famille Pantherinae comporte 4 genres selon le NCBI et 3 selon l’ITIS. Les panthérinés sont des grands félins qui rugissent et mangent allongés, alors que les félinés (sous-famille Felinae) ronronnent et mangent accroupis.
La sous-famille Acinonychinae n’est reconnue que par le NCBI et ne comporte qu’un genre et qu’une espèce : le genre Acinonyx et l’espèce jubatus (guépard). Le genre du guépard est classé dans la sous-famille Felinae par l’ITIS.
Les désaccords entre les deux institus résident donc dans l’existence ou non de cette dernière sous-famille, mais aussi dans la classification du chat marbré
(classé dans le genre Pardofelis par les deux mais dans la sous-famille des panthérinés par le NCBI et dans celle des félinés par l’ITIS), dans celle du léopard de Bornéo (qui est reconnue comme une espèce à part entière par le NCBI mais comme une sous-espèce de la longibande par l’ITIS). Le chat de Biet porte aussi à controverse ; il est une sous-espèce du chat sauvage pour le NCBI et fait partie du genre Catopuma pour l’ITIS. Le jaguarondi a un genre bien à lui selon le NCBI
(Herpailurus) et fait parmi de celui du puma selon l’ITIS (Puma). Le chat d’Iriomote est une sous-espèce du chat-léopard du Bengale pour le NCBI et une espèce à part entière pour l’ITIS. Enfin, le genre Leopardus est fortement contesté : il comporte l’ocelot, le margay et l’oncille selon le NCBI mais aussi le chat des Andes, le colocolo, le chat de Geoffroy, le kodkod, le chat pantanal et le chat pajeros selon l’ITIS. Ces deux dernières espèces ne sont d’ailleurs pas reconnues par le NCBI.

Description
La taille des félidés (tête plus corps) varie de 35 (chat rougeâtre) à 280 centimètres (tigre) environ. Leur corps est allongé et souple, prolongé par une longue queue – sauf chez les lynx et leurs parents, chez lesquels elle est réduite. La couleur du pelage est généralement fauve sur le dessus du corps et blanchâtre sur les parties inférieures. Chez beaucoup d’espèces, les robes sont tachetées et/ou rayées. Les rayures sont supposées offrir un camouflage aux espèces vivant dans les milieux herbacés ou les sous-bois, en reproduisant les stries verticales formées par la végétation ; tandis que les taches servent de camouflage aux félins vivant dans les arbres en imitant les ombres du feuillage. Cela dit, certaines espèces unies semblent également parfaitement intégrées dans leur milieu naturel et savent s’y cacher tout aussi bien. Chez certaines espèces, les robes des jeunes différent de celles des adultes ; ainsi, les guépards naissent avec un pelage quasiment uni avant qu’il n’apparaisse des taches. Le dimorphisme sexuel n’est généralement pas très important, et n’implique que des différences de poids et de taille. Le polymorphisme est cependant observé chez les félins, notamment chez le chat doré africain, dont la couleur varie de l’orange au gris et dont le pelage peut être uni ou partiellement, voire totalement, tacheté.

Taxonomie et phylogénie, un système unique de classification évolutive

La taxonomie est la science des classifications. Utilisée entre autres en zoologie, elle permet de regrouper des êtres vivants en fonction de leurs caractéristiques. Les groupes taxonomiques permettant d’aboutir à l’espèce sont le règne, l’embranchement, la classe, l’ordre, la famille et le genre.

Si l’on prend l’exemple de la panthère des neiges (Panthera uncia), elle appartient au :
- règne animal (Animalia),
- embranchement des chordés (Chordata),
- classe des mammifères (Mammalia),
- ordre des carnivores (Carnivora),
- famille des félins (Felidae),
- genre des panthères (Panthera)
Et la panthère des neiges (Panthera uncia) est une espèce parmi d’autres panthères.

Il est également intéressant de comprendre l’évolution des différentes espèces et des liens de parenté au cours du temps. C’est l’objet de la phylogénie qui permet d’aboutir à des arbres dits phylogénétiques. Le tronc de l’arbre représente l’ancêtre commun à toutes les espèces placées aux extrémités des branches de l’arbre. Plus deux espèces sont proches dans un arbre (branches côte à côte), plus elles sont proches en terme de parenté évolutive et génétique.

Quelques éléments pris en compte pour réaliser ces classifications

Initialement, la classification reposait sur des critères de type :
-  Morphologiques et phénotypiques : taille du corps et du crâne, volume du cerveau, couleur et motif de la robe….
-  Physiologiques : type de métabolisme, voies énergétiques…
-  Comportementaux : structure sociale, comportement maternel…

Cependant, avec l’évolution des techniques d’études moléculaires et notamment génétiques, de nouveaux critères se sont développés et ont remis en cause la classification des félins. Ces caractères moléculaires peuvent être basés sur l’étude de certaines protéines et enzymes, du caryotype, de certains rétrovirus endogènes, de l’ADN mitochondrial, de l’ADN nucléaire, des gènes liés aux chromosomes sexuels…

Une des techniques consiste à comparer les taux de mutation des gènes homologues entre différentes espèces (NB : un gène homologue présente une similitude de séquences plus ou moins marquée avec un autre gène. Les gènes homologues de deux espèces proviennent d’un même gène ancestral, ils évoluent ensuite au sein de chaque espèce au gré des mutations et modifications génétiques). Plus deux espèces sont éloignées et plus grande est la différence entre la séquence d’ADN des gènes homologues. L’étendue des ces différences est rapportée au temps qui s’est écoulé depuis la séparation avec l’ancêtre commun.

PNG - 9.1 ko

Point info : L’essor des outils moléculaires permet également d’identifier les animaux au niveau individuel à partir de prélèvements de fèces ou de poils. C’est un procédé fiable et non invasif, très pratique pour étudier une population sur un territoire très étendu. L’ADN est extrait des prélèvements, et des séquences particulières sont repérées sur le génome. Il a été montré qu’une sélection de dix sites sur le génome (des microsatellites, NB : séquence d’ADN formé par une succession de motifs identiques) permet de discriminer des individus sauvages.

_

Les félins, une famille diverse et récente au sein des carnivores

La panthère des neiges, un carnivore parmi d’autres

Le léopard des neiges est un mammifère carnivore. Actuellement, 231 espèces de carnivores sont recensées incluant une grande diversité physiologique, dans les structures sociales et l’écologie alimentaire. Il y a 40 millions d’années, une forte diversification a donnée les familles de carnivores actuelles.

Une famille divisée en trois grandes lignées

Les félins constituent un groupe très homogène de 38 espèces. Les félidés sont caractérisés par une explosion de diversité il y a 10-15 millions d’années. Cette évolution très récente rend les études phylogénétiques et taxonomiques difficiles, les classifications ont été de nombreuses fois remaniées.

La diversité se retrouve dans le pelage, la taille et le mode de vie, mais la forme générale du corps et les proportions du corps et du crâne sont remarquablement semblables. C’est la branche des carnivores les plus adaptées à la prédation que ce soit à la course ou à la chasse à l’affût.

Traditionnellement, les félins peuvent être répartis en trois groupes :

-  La lignée ocelot apparue il y a 12 millions d’années, elle regroupe les petits félins d’Amérique du sud (Ocelot, Margay…)
-  La lignée des chats domestiques apparue il y a 8-10 millions d’années, elle regroupe les proches parents du chat domestique (chat sauvage, chat de Marguerite…)
-  Le lignée des panthères apparu il y a 4-6 millions d’années, il regroupe les grands félins et une grande quantité de chat de taille moyenne.

_

Caractères généraux des félins

*Morphologie

Pesant de 1kg (Chat rougeâtre d’Inde et du Sri Lanka) à 320kg (Tigre de Sibérie), les félins sont tous caractérisés par des formes générales similaires. La colonne vertébrale réagit comme une corde d’arc flexible dans les deux sens ce qui permet d’augmenter la vitesse de course.

PNG - 9.1 ko

Point info : Les félins sont des animaux coureurs avec des membres adaptés à la course. En effet, plus les membres sont longs et plus la vitesse de course est élevée. Mais ceci implique que le poids du membre augmente également, ce qui s’oppose alors à la vitesse. Or chez les félins, on remarque une réduction du poids du corps au niveau distal (NB : le bas du membre) avec la perte de certains os ou muscle par rapport à un digitigrade (comme l’homme). De plus, les coussinets plantaires se comportent comme une semelle élastique ce qui permet un mouvement souple.

*Proportion corporelle

Le jaguar et la panthère nébuleuse ont les membres antérieurs les plus courts et une région lombaire courte, ceci est à corréler avec un milieu de vie forestier et une musculature adaptée à la chasse à l’affût sur des proies de grande taille par rapport aux poids de ces félins. A l’inverse, le guépard présente des membres et une région lombaire allongés adaptés à une course rapide et une chasse en milieu découvert.

*Robe

Les robes sont très variées en fonction des espèces, la fonction essentielle étant le camouflage. Les robes tachetées ou rayées permettent un camouflage plus efficace en milieu forestier tandis que les robes unis sont plus adaptées à un milieu ouvert.

*Squelette, crâne et dentition [/brun clair]

En général, le squelette est identique d’une espèce à l’autre, seules les proportions changent. La colonne vertébrale (squelette axiale) est formée de 7 vertèbres cervicales, 13 vertèbres thoraciques, 7 vertèbres lombaires, 1 sacrum, et des vertèbres caudales (nombre variable en fonction de l’espèce et des individus). La longueur des pas est augmentée par la position latérale et la grande mobilité de la scapula (NB : scapula=omoplate).
Le crâne est de grande dimension avec une position latérale des orbites. Les canines des félins sont particulièrement longues, courbées et fortes, elles peuvent se glisser entre les vertèbres cervicales d’une proie.

PNG - 9.1 ko

Point info : L’appareil hyoïdien (ensemble osseux situé dans le larynx) est à la base de la division des félins en deux groupes : panthera et felis. Chez les felis, cette structure est entièrement ossifiée ce qui limite les mouvements du larynx par rapport au crâne. La voix est alors relativement faible mais un ronronnement continu est produit par l’inspiration et l’expiration. Chez les panthera, la chaine hyoïdienne est partiellement ossifiée et le larynx est très mobile. Les sons sont alors très puissants mais ces animaux ne sont pas capables de ronronner. A noter que la panthère des neiges est une exception, cette espèce du groupe panthera est en effet capable de ronronner.

Le genre Neofelis

*La panthère nébuleuse (Neofelis nebulosa) et la panthère de Bornéo (Neofelis diardi)

- Autre noms de Neofelis diardi : Sunda Clouded Leopard, Enkuli Clouded Leopard, Sunda Islands Clouded Leopard, Sundaland Clouded Leopard.

- Sous-espèces de Neofelis diardi : Neofelis diardi ssp. borneensis (Bornean Clouded Leopard) et Neofelis diardi ssp. diardi (Sumatran Clouded Leopard).

- Autre noms de Neofelis nebulosa : Panthère Longibande, Panthère Nébuleuse, Clouded Leopard, Pantera Del Himalaya.

- Sous-espèces de Neofelis nebulosa : néant

Robe : marbrures sombres sur fond doré au niveau des flancs et du dos ; taches brunes foncées sur la tête, les épaules, l’extrémité des membres et le ventre.

Poids : 11,5-13,5 kg pour la femelle, 16-18kg pour le mâle.

Taille : longueur de 90 cm (tête et corps), queue de 79 cm.

Habitat : forêt tropicale dense.

Répartition géographique : Asie du sud-est, Bangladesh, Chine, Inde, Laos, Malaisie, Népal, Thaïlande, Vietnam. Pour la panthère de Bornéo, uniquement Indonésie et Malaisie.

Le genre Panthera

*Le tigre (Panthera tigris)

- Autre noms : Tigre, Tiger.

- Sous-espèces : Panthera tigris ssp. altaica (Tigre de Sibérie, Amur Tiger), Panthera tigris ssp. amoyensis (South China tiger), Panthera tigris spp. balica (Tigre du Bali), Panthera tigris ssp. corbetti (Indochinese Tiger), Panthera tigris ssp. jacksoni (Malayan Tiger), Panthera tigris ssp. sondaica (Javan Tiger), Panthera tigris ssp. sumatrae (Sumatran tiger), Panthera tigris ssp. tigris (Bengal Tiger), Panthera tigris ssp. virgata (Caspian Tiger, Hyrcanian Tiger, Turan Tiger).

Robe : seul grand félin à porter des rayures, robe orange sombre à ocre rouge avec une partie ventrale blanche-crème et des bandes brunes foncées à noires.

Poids : 125-160 kg pour la femelle, 200-270 kg pour le mâle.

Taille : longueur de 140-280 cm (tête et corps), queue de 60-95 cm.

Habitat : divers, taïga, forêt tropicale verte, mangrove marécageuse, forêt sèche.

Répartition géographique : Bangladesh, Bhoutan, Cambodge, Chine, Inde, Indonésie, Laos, Malaisie, Népal, Russie, Thaïlande, Vietnam.

_

zPbB44u

La classification selon la systématique.

La systématique est une branche de la biologie qui consiste à nommer et classer les organismes vivants.

Linné (Carl Linnaeus, 1707-1778) a mis en place dans son Systema natura (1755) deux principes fondamentaux pour la systématique : la classification en catégories imbriquées et la nomenclature binomiale des animaux. Ces deux principes restent les bases de la sytématique d’aujourd’hui.

Les catégories regroupent des individus qui partagent des caractères (morphologique, physiologique etc.) communs. Elles s’imbriquent les unes dans les autres à mesure que les groupes partagent plus de caractères. Jusqu’à maintenant, elles étaient au nombre de 7 (un chiffre parfait selon les scientifiques de l’époque) :

Règne
Embranchement
Classe
Ordre
Famille
Genre
Espèce.

Seulement, ces 7 catégories ne suffisent plus devant la diversité de la faune. Les scientifiques ont dû créer des intermédiaires : sous-, infra-, super-, etc. pour obtenir une classification plus précise.

Classification systematique

La classification selon la phylogénie.

La phylogénie est la science qui définit le cours historique de la descendance des êtres vivants. En quelque sorte, elle permet de recréer l’arbre généalogique des êtres vivants et de connaître leur lien de parenté.

Pour arriver au lynx dans l’arbre généalogique du règne animal, il faut passer par :

phylogeny