Une lionne aperçue en Mayenne: Encore une histoire de gros chat ?

Sources: 20 Minutes – 29 Juillet 2017

ANIMAUX Cinq témoins disent avoir vu une lionne en liberté dans la région de la Mayenne et de la Sarthe. Mais ces signalements ne sont corroborés d’aucune preuve matérielle. Et si ce n’était qu’un gros chat comme à Marseille en 2004 ou comme en Seine-et-Marne en 2014…

Rien… Pas de blés couchés, pas d’empreintes, pas de cadavres de moutons ou de vaches laissés sur son passage. Il n’y a toujours aucune preuve concrète de la présence d’une lionne gambadant dans la campagne mayennaise. Depuis jeudi, pourtant, un tel animal a été signalé à cinq reprises en Mayenne et dans la Sarthe. Aux dernières nouvelles, ce lundi matin, la lionne prendrait la direction de l’Ille-et-Vilaine.

« Aucun élément matériel corroborant »

A la préfecture de Mayenne, ces signalements laissent dubitatifs. « Il n’y a pas de recherches en cours ce [lundi] matin puisqu’il n’y a aucun élément matériel corroborant les témoignages », précise à 20 Minutes Anthony Boukoucha, directeur du cabinet du préfet de la Mayenne.

Si la préfecture de Mayenne ne s’alarme pas plus, c’est que plusieurs éléments ne collent pas dans les témoignages jusqu’à présent récoltés. Samedi à 22 h, dans la région de Changé, le dernier témoin évoquait une lionne traversant la route pour rejoindre un champ où étaient parqués des moutons et des vaches. « Un lion qui n’a pas mangé depuis plusieurs jours et qui traverse un champ sans s’attaquer aux animaux présents, c’est troublant », note Anthony Boukoucha. Et il n’y a pas que ça. « Le premier signalement date de jeudi en fin de matinée, poursuit-il. Puis, plus rien jusqu’à samedi dans la journée. Or, le journal Ouest-France venait de publier un article basé sur le premier témoignage et les recherches qui avaient été enclenchées dans la foulée. »

Aucun animal manquant dans les zoos et cirques alentours

Les cinq signalements émanent aussi tous de témoins isolés. « Aucun ne s’est emparé de son smartphone pour prendre une photo, ce qui est devenu un réflexe de nos jours », remarque également Anthony Boukoucha. Aucun zoo dans les environs ni un cirque de passage n’a signalé non plus un lion en fuite. Reste l’hypothèse d’un particulier qui se serait débarrassé de sa lionne devenue trop encombrante. Possible ? Denis Leroy, chef du service départemental « Mayenne » de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) en doute : « Détenir un tel félin nécessite d’avoir des diplômes et d’être enregistré auprès des autorités, précise-t-il. Il n’y en a pas dans la région. »

Le directeur du cabinet du préfet de Mayenne ne remet pas pour autant en cause l’honnêteté des témoins. « Ils sont de bonne foi et on n’a pas non plus affaire à des personnes alcoolisées ou délirantes », assure-t-il.

Déjà en Seine-et-Marne et dans les calanques de Marseille

Alors quoi, s’agirait-il d’une méprise ? Ce ne serait pas une première. En novembre 2014, la traque d’un tigre avait tenu en haleine le département de la Seine-et-Marne. En juin 2004, dans la région de Marseille, c’était une panthère. Dans les deux cas, l’animal s’était révélé être… un gros chat.

Cette histoire de lionne en liberté en Mayenne pourrait connaître pareil dénouement. Patrick Jardin, directeur du Parc des félins, spécialisé dans l’élevage des félins sauvages en Seine-et-Marne, invite en tout cas à ne pas s’emballer. « C’était à mon sens l’erreur faite en 2014 dans notre département avec cette fameuse traque du tigre, estime-t-il. On a assisté à un véritable emballement médiatique à partir d’un témoignage d’une dame qui pensait avoir vu un tigre. De gros moyens avaient été mobilisés [140 militaires avaient participé à la battue notamment] sans même avoir fait d’enquête poussée pour savoir ce qu’avait vraiment vu le premier témoin, qui lui aussi était de bonne foi. »

Gendarmerie et police « sensibilisées »

Visiblement, la préfecture de la Mayenne est sur cette longueur d’onde : « Les patrouilles de police et de gendarmerie sont sensibilisées et nous reconnaissons les zones signalées par les témoins, précise Anthony Boukoucha. Mais il n’y a pas de traque de l’animal. »

BRACONNAGE & TRAFIC              FAUNE A CHAUD               BIODIVERSITE