Situation en légère progression pour les rhinocéros en Afrique du Sud

En Afrique du Sud, la situation semble s’améliorer un peu pour les rhinocéros, chassés par les braconniers pour leur corne, selon les derniers chiffres annoncés par Pretoria. Le point en quelques indicateurs marquants. 

Sources: Sciences & Avenir – 26 Juillet 2017

CORNES. Bonne nouvelle pour les rhinocéros d’Afrique du Sud, de longue date braconnés pour leur précieuse corne d’ivoire. Le nombre de rhinocéros chassés pour leur corne a légèrement baissé en Afrique du Sud lors du premier semestre 2017 avec 529 animaux tués, contre 543 sur la même période l’an dernier, a annoncé le gouvernement sud-africain. Des résultats encourageants qui démontrent les efforts réalisés par la justice sud-africaine. Mais la lutte contre l’extermination des rhino se heurte à un marché noir florissant, particulièrement en Asie.

Un « optimisme prudent » pour les rhinocéros

« Cette tendance à la baisse nous permet d’être prudemment optimiste. Mais cela ne signifie pas que nous pouvons crier victoire », a déclaré la ministre de l’Environnement Edna Molewa. Car l’Afrique du Sud se bat depuis près de dix ans contre le braconnage de ses rhinocéros, dont la corne est très prisée au Vietnam et en Chine pour des vertus médicinales très hypothétiques. Faite de kératine (et non pas d’ivoire), comme les ongles humains, la corne de rhinocéros est vendue en poudre et est censée soigner l’impuissance ou le cancer, des propriétés jamais prouvées scientifiquement. Cette stabilisation de la situation fait suite à la polémique sur l’autorisation du commerce des cornes issues d’animaux d’élevage, qui fait rage en Afrique du Sud depuis plusieurs années, à rebours de son interdiction en 1977.

HÉCATOMBE.

À titre de comparaison, les chiffres (non pas semestriels mais annuels cette fois-ci – multiplier les chiffres 2016 et 2017 précédents par 2 pour un ordre de grandeur – des années précédentes) ont été renseignés ci-dessous. Ces huit dernières années, un quart de la population mondiale des rhinocéros a été tuée en Afrique du Sud, qui reste le principal réservoir naturel des représentants de l’espèce.

Crédits : Damien Hypolite pour Sciences et Avenir

… Mais le marché noir reste attractif

En moyenne, trois rhinocéros restent abattus chaque jour dans le pays en 2017. Pourquoi ? La raison est purement économique : un kilo de corne se vend au marché noir plus de 60.000 dollars (51.000 euros) le kilo, plus cher que l’or ou la cocaïne, selon des informations de l’AFP. Pour les braconniers, il y a l’espoir de gagner gros. Le schéma ci-dessous compare la valeur en euros d’un kilogramme de corne à un kilogramme d’or pur (en surface)

chart

BRACONNAGE. Le célèbre parc Kruger, dans l’est de l’Afrique du Sud, principal foyer du braconnage des rhinocéros, montre toutefois une reduction de 34 % du nombre de pachydermes tués. Depuis début 2017, la police sud-africaine a déjà arrêté 359 personnes suspectées de braconnage ou de liens avec le trafic de cornes. Mais en répercussion, le massacre s’est étendu à « d’autres provinces » du pays, a déploré la ministre.

Avec AFP

or-rhino

BRACONNAGE & TRAFIC              FAUNE A CHAUD               BIODIVERSITE