10 éléphants empoisonnés dans un parc national au Zimbabwe

sources: Sciences & Avenir – 23 /06 /2017

10 éléphants ont été empoisonnés au Zimbabwe. Depuis plusieurs années, cette méthode est employée par les braconniers qui souhaitent récupérer les défenses des pachydermes.

Le parc national de Hwange au Zimbabwe fait régulièrement parler de lui, mais pas pour de bonnes raisons. Une nouvelle fois, des braconniers ont sévi dans cette zone : les malfaiteurs ont tué 10 éléphants dont une mère et son petit. Les cadavres – certains avaient les défenses tranchées – ont été découverts mi-juin 2017 dans le sud du parc et à ses abords, au nord. D’après un article paru dans The Guardian, les rangers chargés de l’enquête auraient déjà retrouvé un sceau rempli de poison. Par ailleurs, trois personnes ont depuis été interpellées. L’une d’entre elles était en possession d’ivoire.

Une méthode utilisée pour la première fois en 2013

La première utilisation d’un poison (généralement du cyanure) par des braconniers au Zimbabwe a été rapportée en 2013. Cette année-là, 100 pachydermes avaient péri des suites d’un empoisonnement. Depuis, d’autres cas on été signalés. En octobre 2015, la mort d’environ 70 éléphants en quelques mois grâce à cette méthode avaient fait grand bruit : les rangers eux-mêmes avaient été accusés du crime pendant un temps puis les soupçons s’étaient reportés sur les populations locales. Plus d’un an après, des doutes subsistent encore.

Les éléphants ne sont pas les seuls touchés

Le cyanure est une substance extrêmement coriace : elle reste présente dans l’eau et dans les carcasses d’animaux assez longtemps pour engendrer de gros dégâts environnementaux. En effet, tous les animaux qui se rendent au point d’eau contaminé sont eux-aussi tués. Les vautours, les lions, les chacals et les hyènes qui se nourrissent de la chair des éléphants morts se retrouvent également empoisonnés et en meurent. C’est donc un véritable drame écologique qui se joue chaque fois que les braconniers utilisent du cyanure.

BRACONNAGE & TRAFIC              FAUNE A CHAUD               BIODIVERSITE