Deux lions sauvés d’un cirque sud-américain ont été tués dans un sanctuaire africain

Deux lions qui avaient été libérés d’un cirque péruvien ont été tués par un ou plusieurs braconniers dans un sanctuaire sud-africain.

Après une procédure longue de 10 ans, l’Animal Defenders International (ADI) a réussi en 2016 à placer une trentaine de lions (Panthera leo) issus de cirques d’Amérique du Sud dans un sanctuaire situé en Afrique du Sud. Malheureusement, deux d’entre eux nommés José et Liso ont été tués début juin 2017 par des braconniers au sein même du sanctuaire pour grands félins de Emoya, a déclaré l’organisation dans un communiqué paru le 3 juin 2017. Si peu de détails ont été transmis aux médias concernant les mutilations dont ont été victimes les deux mâles -afin de faciliter les investigations-, l’ADI a tenu à préciser dans une publication Facebook que les vétérinaires qui ont conduit les autopsies « ont confirmé que José et Liso ont ingéré une grande quantité de poison et sont morts rapidement. Ils n’ont donc pas été écorchés vifs comme certains médias l’ont suggéré« .

L’enquête ne fait que débuter

Le personnel du sanctuaire, particulièrement touché par cette attaque, rappelle que le lieu est surveillé 24h/ 24 par des patrouilles armées et que des mesures supplémentaires ont été prises immédiatement après la découverte des corps afin d’assurer la sécurité des autres félins. La police sud-africaine et l’unité de lutte contre le braconnage sont pour le moment chargées de l’enquête qui ne fait que débuter. « A cette étape cruciale de l’enquête nous ne sommes hélas pas en mesure de partager plus d’informations mais nous nous efforcerons de le faire dès que nous le pourrons« , poursuit la direction du sanctuaire de Emoya sur Facebook. Pour sa part, l’ADI envisage sérieusement de délivrer « une récompense substantielle pour toutes les informations qui pourraient mener à des condamnations« . « Ces meurtres lâches de deux âmes innocentes (…) ne doivent pas rester impunis« , a déclaré l’organisation.

Deux lions inséparables

Les deux félins tués étaient les vedettes de l’Animal Defenders International. Tous les deux rescapés d’un même cirque péruvien, ils étaient inséparables. Selon l’ADI, José a souffert d’un traumatisme crânien sûrement dû à des mauvais traitements qui lui auraient été infligés par ses anciens propriétaires. Il avait quelques problèmes de vue, notamment pour évaluer les distances. Il devait donc profiter, avec son compère, d’une retraite bien méritée. Ils n’auront malheureusement vécu en paix qu’une seule année.

BRACONNAGE & TRAFIC              FAUNE A CHAUD               BIODIVERSITE