L’avenir du zoo de l’Orangerie de Strasbourg se dessine

Source: France Bleu – 04 Avril 2017 – Par Charlotte Jousserand

Les discussions sont en cours sur l’avenir du zoo de l’orangerie à Strasbourg. Contesté ou considéré comme une institution, les avis divergent sur l’orientation à lui donner. Certains aimeraient un parc tourné vers la faune régionale, d’autres souhaitent garder les animaux exotiques.

Quel avenir pour le Zoo de l’Orangerie à Strasbourg ? Il a besoin d’être rénové et il est en attente de travaux. Sur ce point, tout le monde est d’accord mais ce ne sera pas pour tout de suite. Actuellement une commission composée de la mairie de Strasbourg et de différentes associations en lien avec les animaux se réunit régulièrement pour réfléchir à l’avenir du zoo.

Un cabinet d’étude, Fox Consulting, a remis différentes propositions sur l’avenir du zoo. L’une d’entre elle, serait de ne conserver au sein du zoo de l’orangerie que des animaux de la faune locale. Adieu donc les flamands roses du Chili, la colonie de macaque du Tonkin et les autres espèces exotiques. Sur cette proposition, les avis sont partagés. Certains visiteurs notamment sont attachés à ces espèces exotiques. Comme pour Catherine qui vient souvent se promener avec son petit fils. Pour elle, le zoo de l’Orangerie est un lieu incontournable avec les enfants le mercredi après-midi et le weekend.

Dix élus opposés à la subvention de 270.000 euros de la mairie

Récemment, la mairie de Strasbourg a voté une nouvelle subvention annuelle. 270.000 euros pour l’association des Amis du zoo, propriétaires des animaux et qui emploie le personnel du zoo mais n’est pas propriétaire des locaux ni du terrain. Si la subvention a été votée, dix élus écologistes ont voté contre. Parmi eux, notamment, l’adjoint en charge de l’état civil, Eric Schultz. Selon lui, le zoo doit évoluer en parc de conservation des espèces régionales : « Qu’on s’oriente vers un espace pédagogique d’information sur la faune régionale pour connaître ses problématiques. Qu’on s’approprie cette faune régionale plus qu’un espace de loisir où on passe et on jette trois cacahuètes à des singes, on mange une glace et on s’en va. »

Des projets présentés par les associations de la commission zoo

Du côté de l’Association des Amis du zoo de l’Orangerie, on ne partage pas du tout cet avis et on ne comprend pas pourquoi ces dix élus ont voté contre cette subvention. Pour le président de l’association, Nicolas Herrenschmidt, un parc avec uniquement des espèces régionales : « Ce n’est plus un zoo, cela n’a plus aucun intérêt. Un parc zoologique doit avoir des espèces exotiques ou des espèces européennes ». L’association des Amis du zoo de l’Orangerie a proposé un projet pour le zoo, en conservant notamment les espèces « emblématiques du zoo de l’orangerie, qui attirent le public et pour lesquelles, il n’y a pas de raison de les éliminer ».

A la commission zoo, Christel Kohler, adjointe à l’environnement estime que même si elle aimerait que le zoo s’oriente vers des espèces régionales, il sera difficile de trouver un autre lieu pour accueillir la colonie de macaques du Tonkin. « Ils seront très difficile à déplacer, explique l’adjointe à l’environnement, « donc on pourrait les laisser là, jusqu’à leur mort naturelle et après réfléchir à d’autres espèces régionales ».

Christel Kohler attend également d’autres projets, notamment ceux des associations comme Alsace Nature par exemple. La commission zoo se réunit à nouveau à la fin du mois d’avril. Suite à ces différentes propositions, des scénarios seront proposés aux Strasbourgeois. Ils devront choisir l’un d’entre eux d’ici quelques mois, a priori au mois de septembre, via une consultation publique.

BRACONNAGE & TRAFIC              FAUNE A CHAUD               BIODIVERSITE