20 après leur disparition dans la nature, les oryx blancs sont de retour

Sciences & avenir – 17 Février 2017

Disparus à l’état sauvage depuis presque 20 ans, 14 oryx blancs ont été relâchés dans une réserve naturelle fin janvier 2017. 

BONNE NOUVELLE. Après avoir été qualifiés « d’espèce éteinte » à l’état sauvage par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) au début des années 2000, les oryx blancs (Oryx dammah) sont de retour dans la nature. Grâce à un programme de conservation mené conjointement par le gouvernement tchadien, l’agence de l’environnement d’Abu Dhabi et d’autres organismes tel que le zoo de Londres, 6 mâles et 8 femelles ont été relâchés le 21 janvier 2017 dans le désert du Sahara, plus précisément dans la réserve naturelle de Ouadi Rimé-Ouadi Achim. Ces animaux ont rejoint une harde de 21 oryx dont la réintroduction a été menée avec succès en août 2016. Ce groupe a même déjà célébré une naissance, la première dans la nature depuis presque 20 ans pour cette espèce !

Crédit : ZSL

Victimes du braconnage et de la destruction de leur habitat dans les années 80 et 90

Alors que les oryx blancs étaient largement présents dans le sud du Sahara, le braconnage et la destruction de leur habitat les ont rapidement menés à l’extinction dans les années 1980 et 1990. Dès lors, ces animaux ont seulement vécu en captivité. Le programme de réintroduction vise donc à rétablir l’habitat qui était le leur avant qu’ils n’en soient chassés. Pour mener à bien cette mission, les chercheurs ont équipé les oryx d’un collier GPS afin de suivre leurs déplacements dans la réserve naturelle de Ouadi Rimé-Ouadi Achim dont la superficie (78,000 km2) est pratiquement équivalente à celle de l’Ecosse. Et d’après les premières observations faites par les scientifiques (et comme on peut le voir dans la vidéo ci-dessous), la réintroduction des oryx est une réussite. Les chercheurs ont également pu constater que la mère et le petit se portent à merveille.


BRACONNAGE & TRAFIC              FAUNE A CHAUD               BIODIVERSITE