LionsUncategorized

Le lion n’est pas si fainéant, il chasse aussi bien que la lionne

Contrairement aux idées reçues, le roi des animaux est un chasseur ! S’il fait la sieste durant 15 heures par jour, il consacre tout même un peu de son temps à la chasse. Il n’est donc pas tributaire des lionnes pour se nourrir…

Le lion (Panthera leo) a longtemps été vu comme un fainéant. Le roi des animaux ne chasse pas, il laisse ses lionnes s’en charger. Lui, il combat les prédateurs qui oseraient menacer la troupe. Cette vision du félidé serait pourtant complètement erronée. Le lion ne serait pas tributaire de la chasse des lionnes. Il serait même plutôt un bon chasseur. C’est du moins ce que suggère une équipe de recherche dans un article paru dans la revue Animal Behaviour.

Menée dans le parc national Kruger en Afrique du Sud, l’étude est étonnante. Le lion de la savane d’Afrique est un bon chasseur : simplement, l’Homme a du mal à l’observer en pleine action. Le félidé à crinière chasse plutôt la nuit, et surtout dans la végétation dense. Des études antérieures ont déjà mentionné cette possibilité d’un chasseur nocturne en végétation abondante, mais il est presque impossible de l’observer dans ces conditions.

Le lion est réputé ne jamais chasser. Sa principale activité de la journée est la sieste. Il dort entre 10 et 15 heures par jour. Son rôle au sein de la tribu est de protéger le groupe de tout prédateur. Toutefois, d’après une nouvelle étude, il semblerait qu’il soit aussi bon chasseur que la lionne. © Robek, Wikimedia Commons, cc by sa 2.5

Les lionnes ont une technique de chasse bien particulière : elles travaillent en groupe, c’est une stratégie coopérative. Le lion, en revanche, se cache dans des zones de végétation dense, il tend des embuscades. Il chasse seul, et n’a donc pas de technique aussi élaborée que les lionnes. Puisqu’il est beaucoup trop dangereux pour l’Homme de suivre le roi des animaux dans la savane dense en pleine nuit, des scientifiques ont mis à contribution différentes technologies.

Lidar et GPS pour suivre la chasse des lions

Trois chercheurs, Scott Loarie, Craig Tambling et Gregory Asner, ont d’abord créé des cartes en relief de la végétation de la savane. Ils ont pour cela utilisé un lidar fixé sur un petit avion, le Carnegie Airborne Observatory (CAO). Ils ont combiné ces données 3D aux localisations GPS des interactions proie-prédateur de sept lions du parc. L’idée était de déterminer les lignes de visée de l’animal pour évaluer l’endroit d’où les lions attaquent leurs proies, et le type de végétation.

Leurs résultats montrent que de jour, les lions et les lionnes préfèrent se reposer dans les zones ombragées, donc dans les zones à végétation dense. C’est la nuit que l’on peut observer la différence de comportement entre les mâles et les femelles. Les lionnes chassent dans les zones à l’horizon dégagé. Elles sont plus visibles par les proies, ce qui les contraint à élaborer une stratégie. Les mâles, quant à eux, pratiquent la chasse dans la végétation dense. Les proies y sont beaucoup plus vulnérables, car la ligne de visée est restreinte. C’est précisément ce qui explique le succès de la chasse des lions.

S’ils doivent être complétés par d’autres études, ces résultats pourraient bien avoir des conséquences importantes dans la gestion des parcs. Cette dernière influe souvent sur la végétation. « En reliant le comportement de chasse du lion à la végétation dense, cette étude suggère que les changements de structure de la végétation, notamment par la gestion des incendies, pourraient grandement modifier l’équilibre entre les prédateurs et leurs proies », signale Scott Loarie.

CONNAÎT-ON VRAIMENT LES LIONS ? 
Comment ce fait-il qu’une chose aussi élémentaire que les habitudes de chasse des lions mâles soit connue que depuis 2013? Au cours des ans, combien de pseudo spécialistes ont dit toutes sortes de faussetés sur les lions. Par exemple les lions ne chassent jamais la girafe, l’éléphant, le buffle, l’hippopotame et le rhinocéros adultes, la technologie moderne a prouvé le contraire. Ou encore que la morsure du lion est moins forte que celui du tigre. En 2005 la mesure a été faite sur un jeune lion alors que celui du tigre sur un adulte. En 2012 on a refait l’expérience cette fois-ci sur un lion adulte et il est au moins similaire au tigre. Toutefois, on a appris que le lion n’utilise que la force nécessaire cela pourrait être beaucoup plus.
Ce qui vient de tomber est une autre fausse idée que le mâle est paresseux et ce sont les femelles qui se tapent le gros boulot. Une autre fois, la technologie est venue démolir cette idée. En fait, les mâles dans leur environnement ont le même succès que les femelles à la chasse. L’étude a démontré qu’ils transportent souvent de lourdes carcasses sur des distances jamais soupçonnées. La vie brutale des lions mâles est la plus rude qui soit. Les lions ne chassent en groupe que 48-50 % du temps. Les lions chassent aussi seuls ou en duo. Ils préfèrent le gros gibier plus lent qui est plus dangereux à chasser et qui nécessite une plus grande dépense énergique. Seuls ou en clan, les lions possèdent le même pourcentage de réussite. Il est à noter que le pourcentage de réussite des lions est supérieur aux tigres.

Il reste encore cette légende urbaine que le tigre est encore vu comme le plus grand des félins. Il est à noter que plusieurs ouvrages ont parlé des prouesses de chasse au gros gibier du lion mâle, plusieurs livres du 19e ont affirmé que le lion mâle était plus lourd que le tigre ou similaire. Ces écrits ont été ignorés semble-t-il. Une étude faite par Ronald Tilson et Philip J. Nyhus qui a révisé les poids rapportés au cours des deux derniers siècles jusqu’à ceux des années 2,000 a démontré qu’en moyenne dans la nature, le lion mâle est plus lourd que le tigre mâle et que la tigresse et la lionne sont très semblables. L’étude a démontré que le tigre du Bengale et celui de Sibérie sont pratiquement identiques (le tigre de Sibérie peut avoir une fourrure 2 fois plus épaisse et un taux de gras plus élevé en hiver). Quoique non concluant, on soupçonne qu’il y aurait plus dans la nature de tigres de dimensions au-dessus de la moyenne que de lions. Un fauve au-dessus de la moyenne est l’exception et non la règle.

En captivité, le tigre a tendance à prendre plus de poids que le lion. Cela pourrait s’expliquer par le fait que le tigre possède de nature un plus haut taux de graisse corporelle ou d’un métabolisme plus efficace chez le lion. En ce qui concerne le poids moyen des deux plus grands fauves, on sait cela depuis 2009, mais peu de correctifs ont été faits. Les lions et les tigres sont tous deux les plus grands félins. Il y a trop d’idées préconçues, beaucoup trop de lacunes dans la connaissance du roi des animaux. Ce n’est pas parce que l’on parle souvent de lui qu’on le connait vraiment.
Il est à noter qu’une organisation spécialisée de la faune russe annonce un poids moyen de leurs tigres de Sibérie qui concorde mieux avec l’étude de 2009 que les poids que l’on voit un peu partout qui sont trop souvent exagérés. Le site d’une organisation gouvernementale de la faune russe en question, est anglophone. Qui connait mieux le tigre de Sibérie que les Russes!

Le corps plus allongé ainsi que sa fourrure plus épaisse pourrait donner l’impression que le tigre est plus massif. On oublie que le lion est plus haut et que sa musculature est plus dense. Cette étude jamais réalisée auparavant a démontré que le lion mâle à l’état sauvage est en moyenne un peu plus lourd que le tigre dans son environnement naturel. Aussi un peu dire sans risque de trop se tromper que le lion est le tigre sont tous deux les plus grands félins. Ni l’un ni l’autre ne détient une supériorité absolue en matière de poids.

Montre plus

Emmanuel

Vétérinaire depuis quelques années, j'adore en particulier les félins. J'ai d'ailleurs fait plusieurs stages en Afrique du sud !

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vérifier aussi

Close
Close